Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce laboratoire mesure si votre carrelage ou vos robinets sont bruyants

Le Figaro16/11/2016 à 18:44

VIDÉO - Dans ses différents laboratoires, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) teste les différents matériaux qu’on retrouve dans nos logements. Découverte de la plateforme d’essais consacrée à l’acoustique.

Comment votre carrelage va-t-il réagir si vous marchez dessus avec des escarpins? Votre véranda ou votre fenêtre de toit est-elle bruyante lorsqu’il pleut? Et qu’entendent vos voisins quand vous tirez votre chasse d’eau ou ouvrez votre robinet? Toutes ces petites questions du quotidien, une trentaine de personnes du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) passent leurs journées à y répondre.

Cette structure qui compte globalement plus de 900 personnes réparties à travers la France se charge de tester, évaluer et certifier les matériaux et se répartit pour cela en plusieurs équipes et laboratoires. A Marne-la-Vallée, siège du CSTB, on dénombre plus de 630 salariés travaillant sur un campus de près de 50.000 m² comptant plus de 30 plateformes d’essais. Parmi elles, Le Figaro Immobilier vous fait découvrir donc le laboratoire d’acoustique.

Plus de 2000 tests par an

«Nous effectuons plus de 2000 tests par an avec près de 250 industriels qui nous soumettent leurs produits», se félicite Jean-Baptiste Chéné. Il est vrai que dans son vaste hangar, ce Géo Trouvetout du bruit peut effectuer une immense variété d’essais. Plusieurs structures miment un logement et on peut y installer divers vitrages, planchers ou carrelage afin de mesurer le bruit émis d’un côté et le bruit perçu de l’autre. Pour reproduire le bruit des talons, par exemple, une machine dotée de 5 petits marteaux frappe le sol à intervalles réguliers.

Ailleurs, une batterie de micros enregistrent les sons étouffés par plusieurs modèles de parois. Et si on veut faire tomber la pluie, il n’y a qu’à demander. Le laboratoire reproduit une «pluie normalisée» avec une hauteur et un débit déterminés afin de mesurer son impact sonore sur différents types de vitrages. «Pour l’acoustique des fenêtres de toits, nous sommes un référent mondial», se félicite Jean-Baptiste Chéné. Une dernière partie de son laboratoire est consacrée aux chasses d’eau et robinets.

Des progrès à faire pour mieux utiliser les matériaux

Chaque matériel est testé avec une installation standardisée destinée à mesurer le bruit perçu derrière une cloison, celui qu’entendent vos voisins. Des mesures précises auxquelles s’intéressent les gros donneurs d’ordre comme les bailleurs sociaux, dommage que l’information du bruit émis par ces équipements ne figure que très rarement sur les emballages et ne participe donc pas à la prise de décision.

Mais si chaque matériau est testé pour ses qualités intrinsèques, le secret pour limiter le bruit réside souvent dans la bonne installation du produit. «Aujourd’hui, le point noir cela reste vraiment la mise en œuvre des matériaux et nous faisons beaucoup de pédagogie pour qu’ils soient installés au mieux», souligne Jean-Baptiste Chéné. Dans le cas du carrelage, un même produit scellé ou collé directement sur une paroi sera très bruyant, avec une sous-couche l’atténuation du bruit sera de 17 à 20 décibels et même de 25 à 30 décibels avec une pose flottante.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.