Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Budget 2019 : les principaux chiffres du projet de loi de finances

Boursorama avec AFP12/09/2018 à 08:55

Croissance, déficit public, inflation... Le projet de loi de finances (PLF) pour 2019, chargé de concilier les mesures fiscales promises par le gouvernement avec la réduction du déficit public, sera présenté en conseil des ministres le lundi 24 septembre. Voici les principaux chiffres à retenir.

Le taux de dépense publique rapporté au PIB devrait baisser en 2019. ( AFP / FRANCOIS GUILLOT )

o CROISSANCE :

Le gouvernement table sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,7% l'an prochain, soit un niveau similaire à celui attendu cette année. Ce chiffre est identique à celui qui avait été inscrit dans la loi de programmation des finances publiques, votée fin 2017, mais inférieur de 0,2 point à la dernière prévision du gouvernement.

Cela s'explique par les mauvais résultats enregistrés au premier comme au deuxième trimestre 2018, où la croissance a plafonné à 0,2%, faisant baisser mécaniquement les perspectives pour 2019.

Évolution trimestrielle de la croissance française. ( AFP / AFP )

o DÉFICIT PUBLIC :

Il s'établira selon Bercy à 2,8% l'an prochain, après 2,6% cette année. Ce chiffre, en hausse de 0,4 point par rapport au programme de stabilité budgétaire envoyé fin avril à Bruxelles, s'explique par l'existence de plusieurs contraintes qui pèsent sur l'équation budgétaire 2019.

Parmi elles : la transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges pérennes, ce qui impliquera pour l'État de supporter simultanément le remboursement du CICE pour l'année 2018 et la baisse de cotisations pour 2019 - avec un impact de 0,9 point de PIB.

Un report au 1er octobre 2019 d'une baisse de cotisations patronales de quatre points, alors qu'elle devait entrer en vigueur au 1er janvier, a été évoquée. L'allègement de charges supplémentaire prévu sur les salaires au niveau du SMIC va lui être "différé", permettant une économie de "plus de deux milliards d'euros". Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a enfin confirmé la baisse d'un milliard d'euros d'aides publiques aux entreprises prévue en 2019.

o DETTE PUBLIQUE :

Elle devrait atteindre 98,6% l'an prochain, après 98,7% cette année, gonflée notamment par l'intégration de la dette de la SNCF Réseau aux comptes de l'État, que l'Insee a décidé d'intégrer à la dette publique sans attendre sa reprise officielle en 2020.

"On flirte avec les 100%, mais c'est l'héritage de choix faits il y a plusieurs années qui ont amené le niveau de dette française autour de 90-95%", a assuré lundi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

o DÉPENSE PUBLIQUE :

Le taux de dépense publique rapporté au PIB devrait baisser, passant de 54,6% en 2018 à 54% l'an prochain. En volume, la dépense publique devrait néanmoins augmenter de 0,6%, soit 0,2 point de plus que ce qui avait été prévu au printemps.

Cela représente une hausse de 25 milliards d'euros en intégrant l'inflation, contre 20 milliards en 2018. Selon Bercy, l'objectif du gouvernement, à savoir baisser le taux de dépense publique de cinq points sur l'ensemble du quinquennat, reste d'actualité.

o INFLATION :

L'inflation, qui a fortement accéléré sur les six premiers mois de 2018, sous l'effet de la hausse du pétrole, devrait ralentir dans les prochains mois pour atteindre 1,6% sur l'ensemble de l'année 2018 (1,8% en intégrant le tabac), contre 1,4% initialement prévu. L'an prochain, le rythme devrait être à peu près similaire, avec une hausse des prix à la consommation attendue à 1,3% (1,4% en intégrant le tabac), selon Bercy.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.