Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Budget 2014: des baisses inférieures à celle affichée

Le Figaro02/07/2013 à 21:31
Le gouvernement prévoit que les dépenses totales de l'État passeront de 371,5 milliards en 2013 à 371,4 milliards en 2014, soit une baisse de 100 millions, loin des 14 milliards prévue.

Le gouvernement promet 14 milliards d'économies dans les dépenses publiques en 2014. Et en même temps, il annonce une baisse de 1,5 milliard des dépenses de l'État, hors charge de la dette et pension. Difficile de s'y retrouver. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, les deux sont compatibles. Les gouvernements parlent d'économies dès que la progression des dépenses est inférieure à sa tendance naturelle. Une tendance alimentée par le vieillissement et les besoins sociaux, estimée à 1,5 % par an. Les 14 milliards annoncés par l'exécutif pour 2014 correspondent donc à l'effort à réaliser pour que la hausse de dépenses de l'État, de la Sécurité sociale et des collectivités locales réunies soit de 0,4 %, et non de 1,5 %.

Sur ce total de 14 milliards, la Sécurité sociale en fournira cinq grâce à une progression des dépenses d'assurance-maladie inférieure à sa tendance, au freinage des pensions des régimes de retraite complémentaire et aux économies de la branche famille. L'État devra quant à lui dégager 9 milliards d'économies: 500 millions grâce à une charge de la dette plus faible que prévu et 8,5 milliards grâce aux efforts sur le champ des dépenses de l'État, toujours hors charge de la dette et pension. Compte tenu de la dérive naturelle de ces dépenses, estimée à 7 milliards par an, la vraie baisse sera donc limitée à 1,5 milliard pour aboutir au besoin de réaliser 8,5 milliards d'économie.

La notion d'économies, telle que déclinée par le gouvernement, est peu intuitive et sujette à interprétations. Il est plus clair de raisonner en valeur absolue (soit en milliards), comme l'exécutif l'a fait pour bâtir les budgets des ministères. Le gouvernement a commencé par se fixer un objectif, celui de réduire les dépenses de l'État, hors charge de la dette et pension, de 1,5 milliard en les faisant passer de 279,4 milliards en 2013 à 278 milliards en 2014.

1451 postes détruits

Il a ensuite réparti l'effort, en tenant compte de la hausse prévue de 750 millions des transferts à l'Union européenne. Il a ainsi décidé de réduire les transferts de l'État aux collectivités locales de 1,5 milliard, les taxes perçues par les structures parapubliques (Centre national du cinéma, CCI...) de 600 millions et l'ensemble des dépenses des ministères de 200 millions. Quelques portefeuilles ont été privilégiés (Emploi, Éducation...) tandis que d'autres ont subi une diète sévère (Écologie, Bercy...). L'allocation des effectifs a également été très différente entre ministères (voir infographie). Au total, l'État perdra 3209 postes en 2014 et les structures parapubliques en gagneront 1758 (à cause des créations chez Pôle emploi et dans les universités). Soit un solde de - 1451.

Une fois fixée la feuille de route sur les dépenses maîtrisables, l'exécutif a considéré que la charge de la dette et les dépenses de pension progresseraient peu. Il prévoit donc que les dépenses totales de l'État passeront de 371,5 milliards en 2013 à 371,4 milliards en 2014. Soit une baisse de 100 millions, loin de celle de 14 milliards affichée. Mais une baisse réelle qui marque surtout une première sous la Ve République.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.