Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bloquer le prix de l'essence : Bercy tranchera fin août

Le Figaro14/08/2012 à 15:03
Les prix à la pompe n'augmenteront pas plus, promet le ministre de l'Économie. Celui-ci décidera le 28 août d'éventuelles mesures de blocage, comme l'avait promis François Hollande pendant sa campagne.

«Maintenant la question se pose», reconnaît le ministre de l'Économie Pierre Moscovici. Avec la remontée des prix de l'essence depuis début juillet, une promesse de campagne de François Hollande est en effet remise au goût du jour: le blocage des prix des carburants. Depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, les prix à la pompe étaient repartis à la baisse et cet engagement mis de côté. Mais avec le litre de diesel qui oscille autour de 1,45 euro, proche de ses records absolus et le sans plomb 95 autour de 1,60 euro, le gouvernement se voit contraint de trancher si une réglementation des prix est nécessaire. Il promet une décision dès la fin du mois.

«Je prends ici l'engagement réitéré que les prix des carburants seront [..] à un niveau [...] qui ne peut être supérieur à celui d'aujourd'hui ou même à celui d'il y a quelques semaines», a rappelé Pierre Moscovici sur Europe 1 ce matin. Le 24 août, le ministre recevra un rapport commandé à l'Inspection générale des finances et au Conseil général des mines sur les prix de la filière pétrolière. «Ce que je veux savoir, c'est si la hausse est durable et quels sont les comportements de marge», c'est-à-dire ce que les compagnies pétrolières gagnent réellement sur la vente de leurs produits, a poursuivi Pierre Moscovici.

«Sur la base de ce rapport, le 28 août, je verrai les compagnies de raffinage et de distribution pour discuter avec elles des conditions de fixation des prix. Dès cette date, nous agirons», a-t-il promis. Le gouvernement sait qu'il est attendu au tournant: d'après un sondage publié ce mardi dans L'Humanité, 88% des Français sont favorables à ce blocage. Mais seulement 60% pensent que le gouvernement le fera!

Menace d'un «risque d'approvisionnement»

Bloquer les prix des carburants «n'est pas évident», a reconnu le ministre de l'Économie qui est resté évasif sur les mesures de réglementation. «Il y a le blocage lui-même, c'est une possibilité», mais aussi le retour à une taxe «flottante», qui doit passer par la loi et ne peut donc pas être décidée en urgence. «On peut aussi mettre en place des mécanismes qui permettent aux plus défavorisés de bénéficier de réductions de prix», a également avancé le ministre sans donner plus de ses précisions.

Le secteur pétrolier assure, de son côté, que ses marges sont trop faibles pour que le gouvernement puisse jouer dessus: du raffinage à la distribution, elles ne sont que de 20 centimes par litre et d'un centime seulement pour la distribution, a déclaré hier le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) Jean-Louis Schilansky sur BFM TV. Et de brandir la menace d'un «risque d'approvisionnement» du marché français: si les prix bloqués sont inférieurs aux cours du marché de Rotterdam où la France importe ses carburants, aucune station-service n'aurait intérêt à vendre à perte.

Seule solution pour les professionnels du secteur: diminuer les taxes sur les produits pétroliers, qui représentent 60% du prix de l'essence et 50% de celui du diesel. Une manne à laquelle le gouvernement serait bien réticent de renoncer, en période de réduction des déficits: baisser d'un seul centime les taxes pétrolières pendant un an signifierait environ 500 millions d'euros en moins dans les caisses de l'État.

LIRE AUSSI:

» Prix de l'essence: Bercy prêt à agir


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.