Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Beaucoup d'ascenseurs ne seraient pas aux normes

Le Figaro25/11/2011 à 14:43
Après la chute d'un ascenseur jeudi à Paris, ayant tué un ouvrier et blessé trois autres personnes, des professionnels tirent la sonnette d'alarme. Avec une vidéo BFMTV

Après une série d'accidents dus à la chute d'un ascenseur, dont un mortel intervenu jeudi à Paris, les professionnels du secteur alertent sur le manque de sûreté des appareils. «La sécurité des ascenseurs n'est pas effective», dénonce Hervé Lasseigne, président de la Fédération des indépendants experts et Bureaux de contrôle ascenseurs (Fiebca).

Player Figaro BFM brightcove.createExperiences();Plus d'infos en vidéo sur BFMTV.com

Voté en 2003, le plan de modernisation des ascenseurs prévoit pourtant qu'à l'issue de trois dates butoirs (2010, 2013 et 2018), tous les appareils du parc résidentiel et des immeubles de bureau devraient être aux normes. Mais, face au coût souvent élevé des travaux (entre 5000 et 10.000 euros par ascenseur pour la première tranche et jusqu'à 30.000 euros en moyenne pour les travaux réalisés avant juillet 2013), certaines assemblées de copropriétaires tardent à les voter.

Les retards sont tels , que «15% à 20% des ascenseurs (surtout en copropriété)», qui auraient du être soumis à de nouvelles normes de sécurité avant fin 2010, n'ont pas encore été modernisés, selon la Fiebca. «La situation est très préoccupante, prévient Hervé Lasseigne, en cas d'accident, cela peut entraîner des conséquences en termes de responsabilité civile, voire pénale, pour les syndicats de copropriétaires», poursuit-il.

Les travaux de modernisation ne sont pas un gage de sécurité. Des nombreux ascenseurs rénovés restent dangereux, car «les traitements sont souvent incomplets». Ainsi, selon la Fiebca, 4,5% des appareils modernisés qu'elle a inspectés, présentent encore des problèmes au niveau des limitateurs de descente, à l'origine des accidents récents (rien n'arrête l'ascenseur, qui tombe). Et 7% d'entre eux ne respectent toujours pas les normes d'accès aux «locaux, machines et poulies». En 2011, la Fiebca a arrêté 3,6% des ascenseurs qu'elle a inspectés.

Erreurs humaines

Ces problèmes sont souvent dus à des erreurs humaines, qui pourraient s'expliquer par l'augmentation de la charge de travail des techniciens qui s'occupent des rénovations. «Au cours de ces dernières années, les ascensoristes ont multiplié par un et demi à deux le nombre d'appareils entretenus par un même technicien», souligne le président de la Fiebca.

Les dysfonctionnements des appareils auraient toutefois pu être détectés lors du contrôle technique quinquennal prévu par la loi. Mais, là aussi, les failles sont énormes. «Plus de 50% des ascenseurs n'auront pas passé le contrôle technique prévu avant la fin d'année», s'alarme Hervé Lasseigne.

Les pouvoirs publics ont pris conscience de la nécessité d'intervenir pour préciser les obligations des ascensoristes. Deux décrets sont actuellement au Conseil d'État. L'un prévoit de modifier le contrat d'entretien et l'autre de renforcer les contrôles techniques.

LIRE AUSSI :

» Accident d'ascenseur mortel à Paris

» Les défaillances de la loi sur la sécurité des ascenseurs

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR :

» Twitter : @LeFigaro_Immo


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.