Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Avec la crise, les Français épargnent moins pour leur retraite

Le Figaro22/01/2015 à 06:01

Pourtant, plus d'un actif sur deux pense que son niveau de vie va baisser quand il cessera de travailler.

Plus de la moitié des Français (52%) ont cessé de mettre de l'argent de côté pour leurs vieux jours ou réduit leur effort d'épargne l'an dernier, selon l'étude mondiale réalisée chaque année par HSBC sur l'avenir des retraites. La France est le pays où la crise a eu l'impact le plus fort. Dans le monde, seuls 40% des actifs estiment ainsi que leur capacité d'épargne a diminué. «Mais en France, les régimes obligatoires assurent l'essentiel des retraites, et l'épargne individuelle ne compte que pour 2% des revenus des retraités» rappelle le sociologue Vincent Caradec. Les Français ont donc sans doute eu moins de scrupules que d'autres à alléger leur bas de laine pour maintenir leur train de vie.

La crainte de ne plus avoir de quoi subsister est aussi moins forte chez eux. Alors que 66% des actifs dans le monde envisagent cette hypothèse, les Français ne sont que 58% à avoir cette crainte. En revanche, malgré les pressions déflationnistes dans la zone euro et en France, 62% constatent que le coût de la vie augmente plus vite que leurs revenus. C'est le pays où ce sentiment est le plus marqué. Dans le monde, seuls 45% des individus partagent la même vision.

Des retraités inquiets et déçus

Avec les réformes des régimes obligatoires, les Français sont en tous cas les plus nombreux à anticiper une dégradation de leur qualité de vie à la retraite. Plus d'un actif sur deux (54%) pense que son niveau de vie va baisser quand il cessera de travailler, alors que la moyenne mondiale est de 23%. Cette crainte va croissant avec l'âge. Elle touche 45% des 25-34 ans, mais 56% des 35-44 ans et 63% des 55-64 ans.

«La retraite ne fait plus rêver» souligne Vincent Caradec. «Dans les années 1970 et 1980, elle était vue comme un temps de loisirs, de bonheur. Désormais, elle est vécue comme le temps de l'inquiétude.» D'ailleurs, les retraités français sont ceux qui se plaignent le plus de leur situation financière. Pour 63% d'entre eux, elle est pire qu'ils ne l'envisageaient.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.