Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Avec 250.000 euros, on peut s'offrir un studio à Paris ou une maison à Toulouse

Le Figaro09/12/2015 à 19:34

Les prix de l’immobilier font le grand écart entre les différentes villes de France. Tour d’horizon de ce que l’on peut s’offrir avec un même budget à Lille, Perpignan, Nice, Lyon ou encore Nantes...

Les écarts des prix de la pierre entre les différentes villes Françaises sont très importants. Ils se sont même sensiblement creusés entre Paris et le reste de la France, mais aussi de l’Île-de-France au cours de ces vingt dernières années: en 1996, la capitale était 2,1 fois plus chère que la banlieue. Aujourd’hui, en raison de la flambée des prix des années 2000 (jusqu’en 2011), les prix de l’immobilier sont 3,1 fois plus élevés. Selon que vous habitiez Nice, Bordeaux, Le Mans, Perpignan ou Marcq-en-Barœul, avec un même budget, vous pourrez prétendre à des logements allant du studio à la maison. Les villes les plus touchées par le chômage restant les moins chères.

Ainsi, avec 80.000 euros il est possible d’acheter un studio à Toulouse et à Nice ; un deux pièces à Grenoble et Dijon et même une petite maison de trois pièces au Mans, constatent les notaires en s’appuyant sur les ventes réalisées ces derniers mois.

Ceux qui disposent d’un budget de 150.000 euros auront davantage de choix, y compris en Île-de-France, de très loin, la région la plus chère du pays. Il est ainsi possible de devenir propriétaire d’un studio à Paris dans le 10e arrondissement et à Courbevoie, commune limitrophe du quartier d’affaires de La Défense. Les habitants de Lyon, Lille ou encore de Bussy-Saint-George (77), pourront eux s’offrir un deux pièces. Un peu plus gâtés, ceux de Montpellier et Nantes pourront prétendre à un trois pièces. Dans les villes de taille moyenne, le pouvoir d’achat est nettement plus important, puisqu’avec ce même montant, il est possible d’acheter une maison de quatre pièces au Havre et à Tourcoing et une bâtisse de cinq pièces à La Roche-sur-Yon et Perpignan.

L’offre de biens à acheter s’étoffe vraiment à partir de 250.000 euros. C’est le prix d’un studio dans le 4e arrondissement, l’un des plus cher de la capitale (11.450 euros le m²) d’un deux pièces dans le 17e (7.350 euros le m²) et Saint-Mandé ; d’un trois pièces à Saint-Ouen et d’une maison à Aulnay-Sous-Bois (4 pièces). En province, à ce prix-là, il est possible de s’offrir un trois pièces à Antibes sur la Côte d’Azur et à Aix-en-Provence ; un appartement de quatre pièces à Strasbourg et Marseille et une maison à Toulouse (4 pièces) et à Lille (5 pièces).

Les acquéreurs disposant de 500.000 euros peuvent viser de grands appartements ou maisons dans de nombreuses grandes villes et dans quelques communes franciliennes. Dans les deux villes les plus chères de France après Paris, Nice (3520 euros le m²) et Lyon (3270 euros le m²), ils pourront prétendre à un appartement de quatre pièces. Idem à la Garenne-Colombes, tout près de Paris. Ceux habitant à Saint-Germain-en-Laye et à Villeurbanne pourront acheter un cinq pièces. A ce prix-là, il est en revanche possible de devenir propriétaire d’une maison plutôt spacieuse à Bordeaux (5 pièces), Colombes (92) et Nantes (6 pièces)

En revanche, les Parisiens devront se contenter d’un trois-pièces dans le 15e arrondissement (ou à Levallois-Perret). Dans cet arrondissement ils devront débourser 200.000 euros de plus (soit un budget de 700.000 euros) pour s’offrir une seule pièce supplémentaire. Mais à 700.000 euros, on n’aura qu’un trois pièces dans le 8e. Dans la capitale toutefois, les écarts de prix entre l’arrondissement le plus cher et le moins onéreux se sont sensiblement réduits au cours des quinze dernières années (à 11.590 euros le m², le 6e arrondissement est 2,1 fois plus cher que le 19e à 6550 euros le m², contre 3,1 en 2000).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.