Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Avant/après: une entreprise adapte les grandes maisons à la colocation

Le Figaro09/10/2015 à 17:54

EN IMAGES - Alors que le besoin de colocation ne cesse de progresser, une jeune société transforme des maisons pour les adapter à cette demande. Un exemple, à Orléans.

La colocation, c’est souvent une solution économique pour se loger, mais pour peu que le logement ne s’y prête pas bien, l’expérience peut rapidement virer au cauchemar. Afin d’éviter ces désagréments aux colocataires et (surtout) proposer une solution clé en main au propriétaire, la jeune société Coloc&Vie a choisi de se spécialiser dans la rénovation, l’aménagement et la gestion de biens immobiliers destinés à la colocation.

Pour l’instant, l’entreprise née en 2014 ne compte que trois résidences en fonctionnement (Lille, Rouen et Orléans), mais deux autres s’y ajouteront d’ici la fin de l’année et ses dirigeants ne manquent pas d’ambition. «La demande pour ce type de logement est forte et pour les propriétaires c’est une formule avec très peu d’impayés et des rendements intéressants, souligne Nicolas Baussant, cofondateur de Coloc&Vie. L’investissement rapporte 6,5% à 7% brut et nous visons 5% en net.»

4 chambres au minimum

Dans un premier temps, cette société créée par des spécialistes indépendants de l’immobilier (gestion, administration, investissement, rénovation, aménagement, travaux) s’est chargée elle-même de trouver des maisons qui se prêtent à la colocation avant de les transformer. La résidence est ensuite financée par des investisseurs. Mais à l’avenir, l’entreprise espère attirer les propriétaires et héritiers de grandes maisons dont ils n’ont pas d’usage personnel et qui rapporte peu. «Evidemment, la localisation est importante, rappelle Nicolas Baussant. Pas question de s’implanter à la campagne, il faut être tout près des écoles et de l’activité économique. Et pour ce qui est de la taille, il faut pouvoir y installer 4 chambres au minimum.»

Pour sa résidence du centre d’Orléans, Coloc&Vie dispose d’une belle bâtisse de 230 m² achetée pour 350.000 euros. Après 160.000 euros de travaux et 34.000 euros d’équipement, les lieux sont transformés pour accueillir 9 chambres, une vaste cuisine/salle à manger de 35 m² et une pièce de séjour de la même taille. Selon le cahier des charges de Coloc&Vie, les chambres occupent une surface minimum de 13 m² et doivent toute disposer de leur salle d’eau (douche, vasque, WC) de 4 m² en général. «Plus il y a de chambres, plus c’est rentable, explique Nicolas Baussant. Mais cela devient aussi plus difficile à réutiliser pour un autre usage par la suite.» Les loyers par chambre sont généralement compris entre 350 à 420 euros hors charges et atteignent 375 euros à Orléans.

Mandat de gestion

Si la société prend tout le travail à sa charge, elle se rémunère avant et après les travaux. Compter 6% du montant du projet hors taxes pour mener à bien le chantier et ensuite, au moins pendant les 3 ans du mandat de gestion, 8% des loyers encaissés seront prélevés. Des frais que Coloc&Vie justifie par le fait qu’une colocation réclame plus de suivi qu’une location classique. Enfin, côté pratique, les colocataires signent un seul et même bail au gré des arrivées, sans clause de solidarité entre les occupants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.