Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Automobile : Le malus écologique pourrait bientôt dépendre du poids du véhicule
information fournie par Boursorama avec Newsgene21/06/2019 à 16:15

Automobile : Le malus écologique pourrait bientôt dépendre du poids du véhicule

Automobile : Le malus écologique pourrait bientôt dépendre du poids du véhicule

L'essor des SUV n'est pas sans conséquences sur l'environnement. Pour enrayer la hausse des émissions de CO2 imputables à ces véhicules lourds et inciter les Français à acheter des véhicules moins polluants, l'institut France Stratégie propose de prendre en compte le critère du poids du véhicule dans le barème du bonus-malus écologique

Plus une voiture est lourde, plus elle consomme de carburant et plus elle émet de CO2. Alors que les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse en France, l'institut France Stratégie, rattaché au cabinet du Premier ministre, propose de mettre en place un système de malus indexé sur le poids de la voiture. Une mesure déjà appliquée en Norvège, souligne BFM TV.

En Norvège, 20 000 euros de taxe pour un Audi Q7

« Un bonus-malus indexé sur les émissions de CO2 comme aujourd'hui, mais aussi sur le poids du véhicule, comme c'est le cas en Norvège, contribuerait à dissuader les ménages aisés d'acheter des voitures toujours plus grosses et plus lourdes », indique le rapport. Ce système « serait socialement plus équitable, car il réduirait la fiscalité des véhicules plus légers et les plus sobres », ajoute France Stratégie. 

Aujourd'hui, en Norvège, l'acquéreur d'un Audi Q7, un SUV de deux tonnes, doit s'acquitter d'une taxe à l'immatriculation de près de 20 000 euros. La taxe n'est que de 1 000 euros pour une Smart, deux fois moins lourde.

Les Français aiment les SUV

Les émissions de CO2 sont à nouveau en hausse en Europe. La France est particulièrement concernée : avec l'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence, les ventes de diesel ont fortement chuté. Or, les moteurs essence émettent davantage de CO2 et de gaz à effet de serre, rappelle BFM TV.

Selon les derniers chiffres du Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA), les émissions de CO2 sont passées de 110 grammes par kilomètre, à 114 grammes en août 2018. Selon une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les SUV, qui représentent 36,26% des ventes de voitures en 2018 en France, contribuent largement à ces mauvais résultats.  

29 commentaires

  • 22 juin20:02

    Un vehicule donné pour 123g pendant les essais,fait en realité 150g en conduite normale et 180g en conduite un peu nerveuse


Annonces immobilières