Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Automobile : en Chine, luxe et haut de gamme voient leur étoile pâlir

RelaxNews 21/04/2015 à 14:52

Le marché chinois pour les voitures haut de gamme -- dominé par les Allemands -- a grimpé de 22% l'an dernier, progression deux fois moindre qu'en 2011, d'après IHS Automotive. (AFP PHOTO / JOHANNES EISELE)

(AFP) - Sur fond de campagne anticorruption et de ralentissement économique, la Chine a perdu de son éclat pour l'automobile de luxe et les constructeurs haut de gamme, qui cherchent la parade pour enrayer le tassement des ventes sur un marché devenu incontournable.

A l'heure où se préparait le salon de Shanghai, c'est l'accident spectaculaire entre une Lamborghini et une Ferrari à l'issue d'une course sauvage entre deux jeunes dans Pékin qui excitait les conversations des internautes chinois.

"Qui sont leurs pères?", demandaient-ils. Lors d'un précédent accident de Ferrari en 2012, le conducteur s'était avéré le fils d'un proche conseiller de l'ex-président Hu Jintao. Ce conseiller avait été ensuite limogé pour corruption.

Les marques emblématiques de l'ultra-luxe voient le faste des dernières années s'estomper, balayé par d'aggressives campagnes prônant l'austérité. Certains industriels déplorent "une stigmatisation" propre à effrayer les acheteurs.

Malgré la présentation en grande pompe de la nouvelle Phantom de Rolls-Royce dans un musée shanghaïen, le climat s'est refroidi pour le mythique constructeur britannique.

"Nous rencontrons des vents contraires", reconnaît Peter Schwarzenbauer, haut dirigeant de BMW en charge de Rolls-Royce.

"Nous n'en vendons pas autant qu'en 2013", avec un ralentissement sensible "depuis l'été dernier". "Nous avons dû ajuster notre production parce que nous ne pouvons pas brader la marque".

Rolls-Royce avait vu ses ventes grossir de 11% en 2013 en Chine, qui représentait alors 28% de ses revenus, sur 3.630 unités écoulées dans le monde.

Bentley et Lamborghini ont fléchi dès 2013. L'italien Maserati vise cette année une simple stabilisation de ses ventes -- après un doublement en 2014, à 9.400 voitures (certains de ses modèles se vendant jusqu'à 350.000 euros).

 

- 'Changement culturel'- 

Un créneau en-dessous, les constructeurs premium, dont les véhicules s'écoulent entre 30.000 et 185.000 euros, ne sont pas épargnés.

Le marché chinois pour les voitures haut de gamme -- dominé par les Allemands -- a grimpé de 22% l'an dernier, progression deux fois moindre qu'en 2011, d'après IHS Automotive.

Audi, marque premium de Volkswagen, a vu ses ventes au premier trimestre gonfler de 7,1%, très en-deçà du bond de 21% enregistré un an plus tôt.

Outre le tarissement des commandes gouvernementales, "on assiste à une évolution culturelle sur la façon dont on affiche sa richesse. Depuis l'été dernier, c'est une tendance lourde", a observé Luca de Meo, responsable des ventes d'Audi.

Le fort changement de braquet de la deuxième économie mondiale se fait également cruellement sentir: ceux qui voient fondre leur patrimoine immobilier tendant "à consommer très différemment", souligne Dietmar Voggenreiter, président d'Audi China.

Les concessionnaires chinois, eux, se plaignent ouvertement -- par la voie de la CADA, une fédération professionnelle -- de stocks qui s'accumulent, tandis que les rabais consentis grignotent leurs marges.

Des récriminations telles que la CADA s'était félicitée début janvier d'avoir persuadé BMW de verser 5,1 milliards de yuans (774 millions d'euros) à ses concessionnaires pour compenser des bénéfices moins solides qu'attendu.

 

- Sur-mesure et public élargi- 

Pour les constructeurs cependant, pas question d'ignorer le premier marché mondial, qui pourrait aussi -- prédit Mark Fields, patron de Ford -- "devenir l'an prochain le premier marché pour l'automobile de luxe".

Les grands noms de l'utra-luxe misent sur leur réputation et leurs efforts pour satisfaire tous les caprices.

Ferrari invite à configurer soi-même son véhicule. "Il y a des matériaux spéciaux, des couleurs originales" pour la carrosserie "et cela marche très bien. Pour avoir une voiture exclusive, (les Chinois) sont prêts à attendre", assure Matteo Torre, directeur de Ferrari Chine.

"Il reste un segment significatif de jeunes ultra-riches qui veulent à tout prix conduire une Lamborghini ou une Ferrari. Il est peu vraisemblable que les scandales actuels les fassent reculer", abonde Namrita Chow, du cabinet IHS.

Lincoln, marque haut de gamme de Ford, affirme se distinguer de l'"ostentatoire" pour promouvoir "une expérience de conduite" à la carte et des services après-vente inédits (la possibilité de surveiller sur place ou via webcam le remplacement des pièces détachées).

Kumar Galhotra, président de Lincoln, avance d'ambitieux objectifs: avec 11 points de vente actuellement en Chine, la firme prévoit d'en ouvrir 14 de plus cette année, et de compter "60 concessionnaires fin 2016".

De façon générale, les marques premium cherchent à élargir leur public en étendant, à l'image de Audi, leur gamme de véhicules plus petits.

Avec l'espoir d'attirer de jeune primo-acquérants moins fortunés mais "qui pourraient devenir ensuite des clients fidèles", indique M. Voggenreiter.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.