Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Attention aux divorces trop rapides

Le Figaro05/12/2012 à 13:45
La plupart des divorces se font aujourd'hui par consentement mutuel. Vite fait, bien fait ? Pas toujours. Trop souvent déceptions, ranc?urs et retour devant le juge sont au rendez-vous.

Les séparations par consentement mutuel représentent aujourd'hui la grande majorité des divorces. Cette procédure vise à enrayer les conflits. Mais, dans bien des cas (plus de 40%), les couples séparés reviennent devant les tribunaux quelques mois ou années plus tard pour régler des litiges, le plus souvent concernant la garde des enfants ou la pension alimentaire. Les problèmes peuvent aussi porter sur le montant de la prestation compensatoire versée généralement par monsieur à son ex épouse qui a arrêté de travailler pendant leur mariage. «Il s'agit généralement de couples qui ont voulu se séparer trop vite et ont bâclé la procédure de divorce ou ont fait des concessions trop fortes», note Hélène Poivey-Leclercq, avocate à Paris.

Bien souvent ces couples ont cédé à la pression sociale et à l'air du temps voulant qu'il est préférable de divorcer rapidement et à l'amiable. Ayant échoué dans leur mariage, ils espèrent à tort de cette façon «réussir leur divorce», notent les avocats. Dans d'autres cas, l'un des conjoints, pressé de mettre fin à son union pour construire une nouvelle famille, cède sur de nombreux points importants à ses yeux.

Mais suivent ensuite d'importantes rancoeurs. «Les conflits intervenant après un divorce par consentement mutuel sont parmi les plus durs», remarque Béatrice Weiss-Gout, avocate à Paris. Pour ces anciens couples, revenir devant les tribunaux est souvent douloureux, car ils devront trouver de bonnes raisons pour revoir les points sur lesquels ils s'étaient mis d'accord précédemment.

Même si cela est parfois difficile, les avocats conseillent aux couples qui se séparent de prendre (enfin) le temps de dialoguer avant de définir leurs nouvelles règles de vie et les points financiers. «Il est indispensable de prendre le temps de bien préparer un divorce, il ne s'agit pas d'un événement anodin simple à gérer», poursuit-elle. Les avocats estiment qu'il faut au minimum quatre à six mois pour bien faire.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.