Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurances : la prise en charge des sinistres doit être améliorée, selon la CLCV

RelaxNews07/01/2015 à 10:23

Monkey Business Images/shutterstock.com

(AFP) - Les assureurs doivent améliorer la qualité de prise en charge des sinistres, notamment en matière d'information et d'indemnisation, estime l'association de consommateurs CLCV en s'appuyant sur une enquête de satisfaction publiée mercredi.

L'enquête montre que plus d'un tiers des personnes interrogées ne connaissent pas le délai prévu par leur contrat pour déclarer un sinistre, soit dans les 5 jours ouvrés (2 jours pour un vol) selon la loi.
Or, le non-respect de ce délai peut être lourd de conséquences puisqu'il peut conduire dans certains cas à un refus d'indemnisation, souligne la CLCV.

Selon cette enquête menée auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou d'habitation au cours des deux dernières années, 29% des personnes interrogées ont par ailleurs jugé leur délai d'indemnisation trop long.

Un chiffre à améliorer "quand on connaît les situations dramatiques que vivent les assurés qui attendent de recevoir leur indemnisation (maison inondée, etc.)", relève l'association.

En outre, 18% des personnes interrogées ont découvert le jour du sinistre qu'elles étaient assujetties à une franchise ou à de la vétusté (l'usure du bien est prise en compte pour le remboursement).

"Les contrats d'assurance sont denses et techniques, ils découragent une lecture complète des non-initiés que sont la majorité des assurés. Le devoir de conseil de l'assureur ne devrait pas permettre la signature d'un contrat dont l'assuré ne connaît pas les détails", juge la CLCV.

Si l'association se félicite de la possibilité de résilier à tout moment les contrats d'assurances introduite par la loi Hamon, elle souligne que les consommateurs ne doivent pas se limiter à "la recherche du prix le plus bas au risque d'être peu ou mal indemnisé lors de sinistres".

"Un examen minutieux des garanties, des conditions de garantie et des franchises reste primordial", estime la CLCV qui réclame "une simplification accrue des contrats d'assurance ainsi qu'une présentation standardisée type, commune à tous les assureurs, des garanties, des franchises et des exclusions".

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7493636
    07 janvier18:30

    La Justice favorise la Compagnie d'Assurances en 1ére Instance pour éviter que le dossier parte en APPEL, et bien sûr, l'assureur dispose des moyens supérieurs à son assuré et est pour le juge celui qui est le plus susceptible d'Appel.Je suis en 1ére Instance contre AXA en CAT NAT pour plus de 40 000€ non indemnisés depuis 41 mois, alors que la loi oblige l'assureur dans ce cas à solder un dossier en 3 mois....

    Signaler un abus

  • M7493636
    07 janvier18:19

    Bien gentille la CLCV avec l'assurance.En cas de CAT NAT (coulées de boues), l'assureur, va tenter de vous passer en dégâts des eaux.le contrat en aide juridique de la Banque Postale qui est sous traitée, va vous envoyer sur une plateforme qui vous expliquera que vous ne remplissez pas les conditions d'une aide juridique.Et quand vous n'aurez pas obtenu de remboursement dans les deux ans sans être allé devant le juge, vous perdez vos droits par la prescription.

    Signaler un abus

  • FacePile
    07 janvier17:32

    Ce sont les lois qui font l'assurance, pas les assurances qui font la loi. Si les contrats sont compliqués, sachez que tout est extrêmement réglementé.Par ailleurs, il n'arrive presque jamais qu'un assureur refuse un indemnisation car il a été avertit trop tard d'un sinistre. Il ne peut le faire que si cela lui porte préjudice...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.