Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance santé: quelles démarches effectuer à la fin de ses études ?

Le Figaro07/09/2016 à 10:30

Lorsqu'un étudiant s'inscrit à l'université ou en école supérieure, il doit obligatoirement s'affilier à une mutuelle étudiante et bénéficie donc de sa propre protection sociale pour ses remboursements de base. Mais que doit-il faire à la fin de ses études ?

Dès lors qu'un jeune s'inscrit à l'université ou en école supérieure, il doit obligatoirement s'affilier à une mutuelle étudiante. Pour ses remboursements de base, il bénéficie donc de sa propre protection sociale et n'a pas besoin d'être rattaché à l'assurance santé de ses parents. Mais qu'en est-il à la fin de ses études?

Le rattachement temporaire possible à la mutuelle des parents

Pour les assurances complémentaires santé, tant qu'un jeune vit à la charge de ses parents, il peut continuer à bénéficier de la complémentaire santé familiale. La limite d'âge dépend de chaque contrat d'assurance santé. En général, elle varie de 21 à 25 ans, selon la situation du jeune (apprenti, étudiant ou à la recherche d'un emploi).

Puis, lorsque le rattachement à la mutuelle familiale n'est plus possible, le jeune doit réfléchir à souscrire son propre contrat d'assurance complémentaire santé.

» De plus en plus de Français renoncent à se soigner faute d'argent

Bien choisir sa première mutuelle…

Pour ne pas se tromper au moment de choisir sa première mutuelle, il doit d'abord établir la liste de ses besoins. Ainsi, un jeune en bonne santé, avec de bons yeux et de bonnes dents, peut opter pour un contrat d'assurance santé qui se limite à certaines prises en charge ciblées, comme la garantie hospitalisation. Elle ne couvre que les frais médicaux et hospitaliers, les radios et les analyses réalisés dans le cadre d'un séjour à l'hôpital, quelle qu'en soit la raison (urgence, chirurgie, maternité). C'est le cas, notamment, des contrats «low cost». Conséquence, tous les autres frais de santé restent à la charge de l'assuré lorsqu'il consulte un praticien. Mais s'il n'a pas de besoin… il n'a pas l'obligation de les «assurer».

… en comparant les offres

Si au contraire le jeune souhaite une couverture plus complète, avec une indemnisation de certains frais de santé qui lui semblent indispensables… Il va devoir faire son marché. Il va comparer les nombreuses offres entre elles. L'idée est de trouver l'assureur proposant la formule la plus adaptée à ses besoins, pour un tarif correct.

» Vous avez dépensé 2930 euros en 2015 en soins et médicaments

À noter

Toutes les banques aujourd'hui proposent des assurances, y compris des complémentaires santé. Il est donc intéressant, au moment de faire jouer la concurrence, de contacter sa banque et de demander un devis. Un rappel: les jeunes ont un «potentiel» d'assurance intéressant pour les assureurs. Et les banques… des marges de manœuvre pour capter cette clientèle en devenir.

La comparaison des offres débute donc auprès de sa banque mais passe obligatoirement par les comparateurs sur Internet. À moins de trouver cette démarche fastidieuse (et elle l'est!). Dans cette hypothèse, la méthode idéale est de faire appel à un courtier en ligne. En énumérant précisément ses besoins, ce dernier va procéder à la recherche des offres correspondant aux attentes. Le jeune à assurer n'a plus, ensuite, qu'à choisir.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.