Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance santé : les principaux remboursements des mutuelles

Le Figaro14/02/2014 à 13:50

Le budget annuel des complémentaires santé s'élève à 25 milliards d'euros, dont 17 milliards pour les mutuelles. Leurs principaux remboursements ciblent les biens médicaux, les soins de ville et les frais hospitaliers.

Les biens médicaux

Les complémentaires santé interviennent là où l'Assurance Maladie rembourse peu. C'est le cas des médicaments, pris en charge à 15% sur les vignettes orange et à 30% sur les vignettes bleues. Face à cette situation, les mutuelles garantissent des remboursements additionnels. Ils se soldent par un budget annuel de 3,5 milliards d'euros.

Autre poste de dépense, les analyses en laboratoire constituent 5% des remboursements mutualistes par an. Un chiffre non négligeable, mais loin derrière celui regroupant les biens médicaux divers, tels que les prothèses dentaires, les lunettes, les semelles orthopédiques. Il représente 16% du budget annuel de remboursement d'une mutuelle, soit 2 milliards au total.

Les soins de ville

Autant l'Assurance Maladie est sévère envers les dépassements d'honoraires médicaux, autant les mutuelles s'efforcent d'offrir un remboursement réaliste à leurs adhérents. Si votre complémentaire actuelle ne vous satisfait pas sur ce point, contactez un courtier en assurance santé pour trouver une meilleure assurance santé.

En tenant compte du ticket modérateur, les mutuelles dépensent annuellement plus de 1,5 milliard d'euros pour compléter le remboursement des consultations médicales. Les soins de ville se rapportent aussi aux soins dentaires. Ceux-ci engendrent un budget annuel comparable.

Bon à savoir: souvent appelés soins ambulatoires, les soins de ville s'appliquent à tous les traitements effectués dans un centre non hospitalier. Ils rassemblent par exemple les séances chez le kinésithérapeute, les cures thermales et les consultations d'orthophonistes.

Les frais hospitaliers

Les frais hospitaliers sont largement pris en charge par l'Assurance Maladie, car ils incluent les soins de longue durée, remboursés à 100%. C'est la raison pour laquelle les mutuelles ne consacrent pas plus de 18% de leur budget annuel aux remboursements complémentaires des frais hospitaliers.

Ce poste de dépense couvre le forfait hospitalier, obligatoire mais non remboursé par l'Assurance Maladie, ainsi que le supplément en chambre individuelle, très demandé et de plus en plus coûteux. Une explosion tarifaire qui incite les mutuelles à négocier des prix conventionnés pour éviter la hausse des cotisations.

Les frais non remboursés

Les mutuelles assurent une couverture santé particulièrement efficace. Néanmoins, les Français ont un goût très prononcé pour les médecines douces (phytothérapie, sophrologie). Le remboursement de ces consultations varie beaucoup d'une mutuelle à l'autre. Il en résulte un budget qui reste à la charge des patients à hauteur de 10% par an.

Dans le sillage des médecines alternatives, les médicaments naturels (tisanes bio, compléments nutritionnels) connaissent un engouement qui se traduit par une enveloppe de 17% pour les adhérents mutualistes. Cela correspond à 30 milliards annuels. Enfin, les Français contribuent pour 22% à l'achat d'une prothèse dentaire ou d'une paire de lunettes.

À savoir: tous soins confondus, la part moyenne incombant aux assurés avoisine 9% du budget de santé général (Assurance Maladie et complémentaires santé).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.