Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurance santé : le traitement des vertiges

Le Figaro 08/11/2013 à 19:40
Les vertiges peuvent survenir occasionnellement ou régulièrement. Dans la seconde situation, il importe d'en identifier la cause liée pour régler le problème définitivement. Cela impose de détenir une bonne complémentaire santé.
Qu'est-ce qu'un vertige?

Fréquent en cas de fatigue ou de baisse brutale de la tension artérielle, le vertige se caractérise par une brusque sensation de perte d'équilibre, suivie par l'impression de voir tournoyer le paysage environnant. S'il est intense, le vertige débouche sur une perte de conscience de quelques secondes. Ensuite, il ne réapparaît pas.

Il arrive toutefois que des personnes éprouvent des vertiges récurrents. Ceux-ci proviennent alors de dysfonctionnements de l'oreille interne, d'atteintes neuronales localisées en certains endroits de la tête, ou d'anomalies neurologiques situées dans la partie de la moelle épinière traversant le cou.

Les vertiges liés à l'oreille interne

Très impliquée dans la gestion de l'équilibre, l'oreille interne réagit à toute perturbation par des vertiges accompagnés de troubles auditifs (sifflements, bourdonnements).

Première cause de ces désagréments, le vertige paroxystique positionnel bénin se produit le plus souvent en position allongée, lorsque la tête se met à osciller sur elle-même. Si votre médecin a une formation complémentaire en thérapies manuelles ou en kinésithérapie, il peut procéder lui-même au traitement qui consiste à récupérer, par des manipulations, le bon alignement entre la tête et le cou.

Résultant elle aussi de l'oreille interne, la maladie de Ménière associe des séries de vertiges au sentiment d'avoir les oreilles bouchées, ou même à la surdité. Pour en guérir, il faut prendre des vasodilatateurs, des anti-vertigineux et suivre un régime hyposodé. Avant de vous le faire prescrire par un diététicien, assurez-vous que votre complémentaire santé le prenne en charge. Sinon, consultez un nutritionniste, toujours remboursé.

Bon à savoir: il vous est possible à tout moment de changer de médecin traitant (pour passer d'un généraliste à un spécialiste) à condition d'en informer l'Assurance Maladie lors de la première consultation avec ce nouveau médecin.

Les vertiges neurologiques du cou

Après un accident occasionnant le «coup du lapin», on souffre généralement d'une extension de la nuque qui génère des vertiges. Il faut donc tasser légèrement les vertèbres cervicales par des manipulations de kinésithérapie, avant de prescrire le port d'une minerve de soutien pendant trois mois. Ces soins, délicats, doivent être effectués à l'hôpital.

Si le haut de l'œsophage picote, brûle ou favorise des quintes de toux, on subit une paresthésie pharyngée. Cette condition se manifeste également par des difficultés à déglutir. Portés à leur paroxysme, ces symptômes déclenchent de violents vertiges. Pour les supprimer, il faut guérir la paresthésie en recherchant les origines d'une ancienne pharyngite ou d'une maladie auto-immune ayant endommagé les circuits neuronaux du cou.

Les vertiges neuronaux de la tête

Lorsque les vertiges précèdent une crise migraineuse (mal de tête envahissant tout le visage), ils sont issus des canaux périphériques ou internes reliant la moelle épinière au cervelet. La circulation, ralentie par une hypertension cérébrale, comprime les nerfs crâniens, ce qui crée les vertiges.

Touchant près de 100.000 personnes en France, la sclérose en plaques donne, elle aussi, des vertiges qu'il faut soigner avec l'ensemble de la maladie. Celle-ci durcit certains réseaux neuronaux, qui deviennent inopérants en entraînant des séquelles motrices et cognitives.

À noter: affection de longue durée, la sclérose en plaques nécessite une mutuelle ou une assurance santé renforcée sur le remboursement des frais d'hospitalisation, car elle exige de nombreux examens réalisés à l'hôpital.

Laissez-vous conseiller sur les offres des assureurs par un courtier en assurance santé.

» Optimisez vos remboursements santé grâce à CPLUSSUR.com.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.