Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurance santé : être remboursé en cas d'agénésie dentaire

Le Figaro 03/02/2014 à 17:18

Il arrive que l'on passe le cap de l'âge adulte en ayant une dent qui n'a jamais poussé. C'est une agénésie dentaire. On y remédie par une prothèse, dont le remboursement impose une complémentaire santé au forfait adapté.

L'origine de l'agénésie dentaire

Une agénésie dentaire se caractérise par l'absence d'une ou de plusieurs dents, chez le nourrisson, l'enfant ou l'adulte. Certaines dents souffrent davantage d'agénésie: ce sont les incisives, les prémolaires et les dents de sagesse.

L'agénésie dentaire tire son origine d'une maladie rare et souvent génétique, comme la trisomie 21 ou la dysplasie ectodermique. Elle peut également provenir d'une carence en vitamine D subie par le fœtus au cours de son développement.

Bon à savoir: il est tout à fait possible de présenter une agénésie dentaire sans développer les symptômes d'une maladie associée.

Son apparition chez le bébé

La première dentition survient dès l'âge de 6 mois. Les incisives sortent d'abord, puis les molaires et enfin les canines. A deux ans et demi, les 20 dents de lait sont normalement au complet. Si ce n'est pas le cas, inutile de s'inquiéter. Une agénésie touchant la première dentition ne se répercute pas forcément sur la dentition définitive.

En outre, la poussée des dents de lait se produit avec des intervalles entre les molaires et les incisives. Tous les bébés connaissent donc une agénésie dentaire temporaire qui n'affecte pas l'alignement de leur future dentition d'adulte.

Le traitement chez l'enfant

Si une dent de lait tarde à tomber, il faut consulter un dentiste, car ce symptôme peut témoigner d'une agénésie sur la seconde dentition. Les dents définitives se mettent en place entre 6 et 12 ans, en suivant le même ordre de poussée que les dents du bébé. En cas de retard, une radio panoramique permet de voir si la racine de la nouvelle dent est présente ou non.

On parle d'agénésie dentaire quand il n'y a pas de racine dans la cavité. Jusqu'à 17 ans, le traitement s'effectue avec un bridge. On le remplace ensuite par un implant. Mais l'Assurance Maladie rembourse seulement le bridge, à hauteur de 195,65€. Pour faire face, vous devez posséder une mutuelle ou une assurance santé au forfait renforcé sur les frais dentaires.

À noter: lorsque l'adolescent (ou l'adulte) présente une agénésie sur plusieurs dents, en corrélation avec une affection de longue durée, la pose d'implants est alors prise en charge par l'Assurance Maladie.

Les options chez l'adulte

Une fois que la dentition définitive s'est mise en place, les dents existantes peuvent avoir partiellement comblé l'intervalle laissé par la dent absente. Dans cette situation, on pose une prothèse pour l'esthétique, et non plus pour maintenir un bon alignement dentaire.

Les prothèses à inlay-core ne conviennent pas aux cas d'agénésie dentaire, car elles nécessitent la présence d'une racine. Le bridge est possible, mais il faudra veiller à l'entretenir régulièrement.

Aussi solide qu'une dent naturelle, l'implant est préférable, à condition de disposer d'une complémentaire santé donnant accès à des prothésistes pratiquant des tarifs préférentiels. En effet, l'Assurance Maladie n'assure aucun remboursement sur ce type de prothèse qui coûte au moins 900€.

Pour choisir une meilleure assurance santé, demandez conseil à un courtier en assurance santé.

SERVICE:

» Bénéficiez d'un bon remboursement de votre complémentaire santé avec CPLUSSUR.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.