Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance habitation : les tarifs vont grimper l'année prochaine

Le Figaro12/12/2014 à 17:06

VIDÉO - La plupart des assureurs ont déjà rendu publics leurs tarifs 2015 et ne devraient pas les modifier malgré les intempéries de ces derniers jours. En 2014, le coût des sinistres liés aux aléas climatique aura été bien plus élevé que l'année dernière.

Le nouvel épisode d'intempéries qui a frappé le Var, l'Aude et les Pyrénées orientales ces derniers jours arrive probablement trop tard pour faire gonfler la facture de 2015. La plupart des compagnies d'assurance ont effet déjà publié leur grilles tarifaires pour l'année prochaine, et ne prévoient pas de les modifier. «Les tarifs sont connus, ils ne bougeront plus, même si les dégâts de ces derniers jours sont importants», explique-t-on ainsi à la Maif. «Les assureurs lissent le coût de ces événements sur une longue période, explique Jacques de Peretti, directeur général d'AXA Particuliers Professionnels. Les violentes pluies de ces derniers jours étaient par ailleurs très concentrées et ne représentent pas un événement majeur à l'échelle nationale. Mais elles s'ajoutent à une multitudes d'intempéries. C'est le 12e épisode depuis le mois de septembre!».

Car même en excluant les inondations récentes, l'année 2014 aura été marquée par une forte sinitralité qui va se répercuter sur les tarifs des contrats d'habitation. «Cette année, les dépenses liées aux événements naturels ont augmenté de moitié par rapport à la moyenne des 20 dernières années», précise Jacques de Peretti. Selon la Fédération Française des Sociétés d'Assurance (FFSA), ils ont coûté aux assureurs, de janvier à septembre, 1,6 milliard d'euros, contre 1,5 milliard sur toute l'année 2013 et seulement 500 millions en 2012. «Cette année, les assureurs ont dû faire face aux dégâts causés par les tempêtes bretonnes au début de l'année, puis par l'épisode de grêle et les inondations en fin d'année», déplore la FFSA. L'année 2014 n'atteint pour l'instant pas la sinistralité des années record de 1999 et de 2003, mais elle se situe au-dessus de la moyenne de ces dernières années. «Au niveau des années 2009 et 2010» selon la Maif.

Catastrophe naturelle

Ces épisodes sont d'autant plus coûteux pour les assureurs que certains phénomènes climatiques, comme les orages de grêle, ne sont pas pris en charge par le régime des catastrophes naturelles. En France, chaque contrat d'assurance habitation prévoit en effet une cotisation de 12% destinée à prendre en charge ce risque. Lorsqu'une catastrophe naturelle survient, une partie des coûts auxquels font face les assureurs est prise en charge par un réassureur. «Nous remboursons la moitié des frais engagés pour catastrophe naturelle lors d'une année normale, un peu plus si la sinistralité a été importante», explique ainsi Laurent Montador, directeur général adjoint chez CCR, une entreprise de réassurance détenue par l'État français. En cas de grêle ou de succession de petits événements climatiques, comme cette année, les assureurs doivent en revanche davantage compter sur eux-mêmes... et leurs clients.

La répercussion de ces événements sur le prix des contrats d'assurance habitation varie cependant très fortement d'une compagnie à l'autre. La Maif augmentera par exemple le prix de ses contrats de 4% en moyenne, quand la Matmut ne pratiquera aucune augmentation. «Face aux difficultés actuelles des ménages, le Groupe Matmut gèle les tarifs de ses contrats d'assurance habitation et automobile pour 2015», annonce la mutuelle dans un communiqué. Il précise que tous les nouveaux adhérents bénéficieront de cette stabilité. Une façon de glaner de nouveaux clients... Quant à la Macif, elle devrait pratiquer une hausse de 2,4% en moyenne, dans les mêmes eaux qu'Axa (2,5%). Des augmentations auxquelles les particuliers risquent de devoir s'habituer: selon une étude réalisée par Axa l'année dernière, la part des dégâts causés par les catastrophes naturelles devrait doubler au cours des 20 prochaines années.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.