Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Après la pénurie de noisettes, Nutella pénalisé par les inondations en Malaisie

Le Figaro05/01/2015 à 11:29

Le pays, deuxième producteur mondial d'huile de palme, est frappé par une très forte mousson qui touche quatre des plus importantes régions productrices. Les prix grimpent sur les marchés.

Après la pénurie de noisette en 2014, le Nutella pourrait être impacté par le manque d'huile de palme en 2015. Comme de nombreux produits agroalimentaires ou cosmétiques, la célèbre pâte à tartiner de Ferrero devrait subir la baisse de la production en Malaisie, deuxième fournisseur mondial d'huile de palme.

Le pays est confronté à ses pires inondations depuis trente ans en cette période de mousson. Les intempéries ont notamment frappé l'est et le sud de la péninsule. Les États de Kelantan, Terranganu, Pahang et Perak, qui fournissent à eux-seuls le tiers de l'huile de palme produite en Malaisie, ont été durement touchés. Plus de 219.000 personnes ont dû être déplacées, entraînant un arrêt des usines. Dans les plantations qui ne sont pas sous les eaux, les fruits menacent de pourrir sur les arbres ou de se gorger d'eau, rendant la commercialisation de l'huile impossible.

Selon les premières analyses du ministre des Matières premières et des Plantations malaisien, la production pourrait avoir chuté de 15 à 20% sur le seul mois de décembre, soit une perte potentielle de 1,4 million de tonnes sur les 20 millions que le pays est censé produire chaque année. Et la suite ne s'annonce pas bonne: «le département météorologique local prévoit davantage de pluies dans les prochains jours et notamment dans les états de Sabah, Sarawak, Pahang et Johor, qui représentent ensemble environ 78% de la production totale de palme de la Malaisie», prévient Agritel.

La tonne bondit à la Bourse de Kuala Lumpur

La pression s'accroit sur les industries agroalimentaires et cosmétiques car la Malaisie et l'Indonésie, qui produit 33 millions de tonnes, contrôlent à eux-seuls 87% de l'offre mondiale, loin devant le Nigéria (1 million) et la Côte d'Ivoire (500.000). Les stocks, qui permettent de satisfaire une demande mondiale toujours croissante qui dépasse les 50 millions de tonnes, pourraient fondre si les intempéries perdurent en Malaisie. L'inquiétude des investisseurs est palpable. A la Bourse de Kuala Lumpur, place de référence pour la cotation de l'huile de palme, la tonne atteint 2300 ringgits (environ 540 euros), un plus haut en deux mois. Les cours affichent une hausse de près de 10% en un mois. Le géant du secteur est sanctionné, comme le planteur Felda qui a vu son action dévisser de 30% sur cette période.

L'industrie malaisienne de l'huile de palme, qui fait vivre 570.000 habitants, accuse le coup. Cette dernière lutte déjà contre la mauvaise réputation de son huile, accusée de provoquer des dégâts sanitaires et environnementaux. En octobre dernier, la Malaisie a appelé les autorités françaises à agir contre la mention «Sans huile de palme» apposée sur certains produits agroalimentaires. Une pratique qu'elle juge «discriminatoire et injuste».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.