1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Anne Hildago inaugure la première ferme urbaine...en sous-sol

Le Figaro14/04/2018 à 08:00

FIGARO DEMAIN - Après les nombreux potagers urbains, les moutons sur le périphérique pour entretenir les chaussées ou encore les murs végétalisés, la maire de Paris inaugure, ce samedi, la première ferme urbaine en sous-sol !

Des toits aux sous-sols, l'agriculture urbaine prend racine dans la capitale. Pour accompagner la Ferme de Paris basée dans le XIIe arrondissement, au cœur du bois de Vincennes, les nombreux murs végétalisés ou les potagers sur les toits, Paris se dote de la première ferme urbaine en sous-sol. Anne Hidalgo inaugure ce projet La Caverne, ce samedi.

Cette «exploitation» d'un genre nouveau vient d'être installée dans un parking du 18e arrondissement dans un sous-sol de 3.500 mètres carrés. Ce site est la propriété du bailleur social ICF-La Sablière. L'objectif de cette ferme est de produire, chaque année, 150 tonnes d'endives et 40 tonnes de champignons, certifiés «agriculture biologique». Les légumes seront ensuite commercialisés localement par la jeune pousse Cycloponics, notamment au marché de la «Bonne tambouille», place Pierre MacOrlan.

La ferme va permettre la création de 10 emplois à plein-temps, dont 80% sont occupés par des habitants du quartier. Ce projet s'inscrit dans le «plan pour l'agriculture urbaine» de la mairie. Le projet est que, d'ici 2020, 100 hectares de toits, façades et murs végétalisés, soient consacré à l'agriculture urbaine. D'ores et déjà, la capitale compte 75 sites en culture dans toute la capitale, porté par le projet Parisculteurs.

Un aliment parcourt 660 km avant d'arriver dans les assiettes des Parisiens

L'objectif de la mairie est de proposer «une alimentation durable et une agriculture urbaine» de la Ville. Outre des légumes, la ville produit son propre miel sous la marque sans ambiguïté «Miel de Paris» récolté via les plus des centaines de ruches qui surplombent le bitume parisien.

L'objectif de la municipalité est de réduire la distance moyenne parcourue par un aliment avant d'arriver dans les assiettes des Parisiens. Elle est aujourd'hui de 660 kilomètres en moyenne. Ainsi, la municipalité noue des contrats pour approvisionner au maximum les restaurants collectifs de la ville avec des produits locaux. La capitale veut porter à 50% la part d'alimentation durable dans les quelque 1300 établissements de restauration collective d'ici 2020. Par ailleurs, elle souhaite développer les circuits courts avec des projets comme celui de la ferme souterraine. Aujourd'hui, malgré la présence de producteurs locaux à hauteur de 10% sur les marchés parisiens, la proportion d'aliments vendus en direct reste marginale. Mais même si la politique de la ville est ambitieuse, elle ne permettra pas de revenir au XIXe siècle lorsque Paris intra-muros comptait quelque 600 hectares de cultures maraîchères.



Société, santé, environnement, éducation, énergie

» Découvrez les acteurs et initiatives du changement

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.