1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Allonger la vie active : un tiers des salariés et la moitié des dirigeants n'y sont pas prêts
Le Parisien13/06/2019 à 08:40

Allonger la vie active : un tiers des salariés et la moitié des dirigeants n'y sont pas prêts

Travailler plus longtemps, c'est plus que jamais dans l'air. À l'Assemblée, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé ce mardi « des incitations » à retarder les départs en retraite. Et ce jeudi, le Conseil d'Orientation des retraites va présenter son rapport annuel qui devrait révéler un retard dans le retour à l'équilibre des régimes. Au lieu de 2022, il ne serait plus attendu qu'en 2040. De quoi alimenter les tenants d'un allongement de la vie professionnelle. LIRE AUSSI > L'exécutif veut inciter les Français à « travailler plus longtemps »Mais les employeurs sont-ils prêts à garder les plus de 55 ans, qui représentent aujourd'hui 16 % des actifs ? Et les « seniors » - les plus de 45 ans - sont-ils prêts à travailler plus longtemps ?Dans ce contexte, le groupe mutualiste Malakoff Médéric Humanis a demandé à Harris Interactive* de sonder 400 dirigeants d'entreprises et 1 003 salariés d'entreprises privées et publiques pour savoir comment ils appréhendent cet allongement de vie active. « C'est un sujet qui préoccupe tout le monde, pour des raisons différentes, rapporte Anne-Sophie Godin, directrice de l'innovation du groupe mutualiste. Un tiers des salariés, tous âges confondus, et six dirigeants sur dix se disent inquiets par cette perspective. » « Fatigue physique et psychique, difficulté à tenir le rythme », « problèmes de santé », « sentiment d'usure professionnelle » arrivent en tête des craintes de plus de 8 salariés sur dix face à l'allongement de carrière. Chez les plus de 45 ans, la peur de manquer d'énergie passé 62 ans touche 9 sondés sur dix.« Il y a un vrai enjeu de santé physique et psychique »On a beau dire qu'en France on vieillit en meilleure santé, les employeurs ne sont que 47 % à penser que les seniors « peuvent apporter beaucoup à l'entreprise ». Pour la moitié des dirigeants, l'allongement de carrière est synonyme de « risque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sidelcr1
    13 juin10:35

    Nous sommes gouvernés par des gens pour qui des réunions ou des repas consistent à travailler . Qu'ils passent qques années au rythme d'un artisan & ils comprendront ce que c'est que d'être usé par le travail . (Je parle de mon cas mais idem pour d'autres fonctions )

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer