Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alerte sur des airbags contrefaits aux États-Unis

Le Figaro11/10/2012 à 20:58
Des milliers d'automobilistes américains roulent dans des véhicules équipés d'airbags défecteux, selon les autorités. En France, aucune fraude de ce genre n'a été constatée.

Une fraude qui coûtera cher à des milliers de foyers américains. L'Agence nationale de la sécurité et du transport (NHTSA) a lancé mercredi soir un appel aux propriétaires de véhicules qui ont fait remplacer leurs airbags chez un garagiste indépendant ou en ont acheté sur Internet durant ces trois dernières années. Selon elle, les pièces de remplacement pourraient être des contrefaçons. «Ces airbags sont presque identiques aux pièces originales et certifées - ils portent notamment les logos des grands constructeurs automobiles -, mais les tests menés par la NHTSA ont montré des défauts systématiques lors de leur déploiement», a expliqué le régulateur dans un communiqué.

Concrètement, ces crash-tests ont montré que 10 sur 11 coussins falsifiés ne se gonflent pas, ou presque pas, lors d'un choc. Un airbag a même pris feu et expulsé des morceaux de métal, au lieu de se gonfler. Seuls 250.000 véhicules - soit 0,1% du parc américain - seraient concernés, selon l'agence, qui assure n'avoir été informée d'«aucun décès ni blessures liés aux airbags contrefaits». Pour autant, l'affaire est prise très au sérieux. «Il s'agit d'un risque extrême pour la sécurité», a déclaré David Strickland, l'administrateur de la NHTSA. Un avertissement relayé par Ray LaHood, le secrétaire américain aux Transports, qui a enjoint les propriétaires à vérifier «immédiatement» si leur véhicule était concerné, directement auprès des concessionnaires ou sur le site gouvernemental Safercar.gov.

A ce jour, l'agence a compilé une liste des marques et modèles qui ont sans doute été touchés, tout en précisant que l'étendue de la fraude n'était pas encore certaine. En attendant, BMW et Toyota comptent déjà une quinzaine de modèles sous surveillance. D'autres constructeurs sont concernés: Audi, Ford, Honda, Hyundai, Lexus, Mercedes, Nissan ou encore Volkswagen figurent sur cette liste. «Les concessionnaires se préparent à répondre aux questions du public sur cette affaire», a déclaré l'Association nationale des concessionnaires automobiles (NADA), qui a publié un guide en ligne à l'intention des consommateurs.

Une procédure d'urgence aux frais des victimes

Mauvaise nouvelle pour les clients, en revanche: «Ils doivent s'attendre à payer pour faire diagnostiquer leurs airbags et, si nécessaire, pour les faire remplacer, car il ne s'agit pas d'une campagne de rappels», a précisé Bailey Wood, un porte-parole de l'association. Selon lui, le simple diagnostic coûte déjà de 100 à 200 dollars (77,5 à 155 euros). A cela il faut ajouter le prix d'un nouvel airbag pour le siège conducteur (750 à 1000 dollars, soit environ 580 à 773 euros), voire ceux des autres sièges, qui sont «encore plus chers». «Certains modèles de voitures en ont jusqu'à huit», souligne Bailey Wood.

Depuis le début de l'année, quelque 2500 airbags contrefaits ont été saisis par les autorités américaines, selon John Morton, directeur de l'Agence d'immigration et des douanes (ICE). «Nous enquêtons activement sur ces réseaux de distribution criminels», a-t-il assuré. En France, les douanes ont saisi 19.500 pièces automobiles contrefaites en 2011, en légère hausse par rapport à l'année précédente. «La majorité de ces pièces ne remettaient pas en cause la sécurité», précise-t-on aux douanes. Enjoliveurs, essuie-glaces ou encore bouchons de réservoirs... mais aucun airbag. Même constat du côté des professionnels de l'automobile. Les instances représentatives de la distribution et de la réparation n'ont constaté aucune irrégularité de ce genre concernant les airbags. Ils précisent toutefois que le sujet n'a pas fait l'objet d'une enquête approfondie.

LIRE AUSSI:

» La contrefaçon automobile a explosé

» Un Français sur trois achète des produits contrefaits

» Automobile: le prix des pièces détachées s'envole en France

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.