1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Age de départ, règles de calcul... les points qui fâchent pour la réforme des retraites
Le Parisien11/09/2019 à 22:19

Age de départ, règles de calcul... les points qui fâchent pour la réforme des retraites

Sur le sort des régimes spéciaux, il faudra attendre... Sans doute encore plusieurs mois avant le lever de rideau ! Faire durer le suspense, c'est l'art et la méthode adoptés par le gouvernement pour manœuvrer. Le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, désormais au gouvernement, a été chargé de le répéter comme pour conjurer le vent des colères qui menace de se lever : au-delà de la promesse de campagne d'Emmanuel Macron de supprimer les 42 régimes en vigueur pour n'en faire qu'un, « toutes les options sont encore sur la table » et « régime universel ne signifie pas régime unique ».Certains régimes pourraient être maintenusAu-delà des déclarations de principes sur la nécessité de mettre « fin aux régimes spéciaux », l'exécutif avance à pas de loups. Diplomate, il manie les nuances, parle de « fin progressive ». Le Premier ministre est même sorti un peu plus du bois, laissant entendre en juin dernier que tous ceux qui bénéficient actuellement d'un régime spécial ne changeraient pas de statut. Un conseil glissé à son oreille par l'ancien conseil social de Nicolas Sarkozy... Raymond Soubie.De son côté, Jean-Paul Delevoye, lors de ses précédentes concertations, s'est aussi employé à déminer en partie le terrain : « les régimes spéciaux des uniformes (militaires, policiers...) seront maintenus » a-t-il assuré plusieurs fois.Et pour les autres ? C'est évidemment la question qui fâche : maintien ou pas des départs avant 62 ans accordés aux autres agents des régimes spéciaux (principalement dans les catégories « actives ») : transports (SNCF, RATP), énergie (EDF, Engie) où les âges de départ précoce et les niveaux de pension généreux ont été pointés par plusieurs rapports. Et ce n'est pas tout. Il y a aussi l'épineux problème des règles de calcul des six derniers mois. De fait, la prise en compte des revenus sur l'ensemble de la carrière dans le calcul de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pascalcs
    12 septembre08:45

    brun2083: au final, le paiement des retraites, c'est poche gauche, poche droite. Certains intervenants ont fait remarquer à juste titre que l'Etat ponctionne allègrement dans les caisses des régimes privés pour boucler ses fins de mois, compromettant de ce fait l'équilibre de celles-ci. Pourquoi le fait-il? Parce que par ailleurs ses revenus, dont ceux provenant des sociétés privées payés au titre de l'impôt sur les sociétés, baissent inexorablement.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer