Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Achat de logements neufs : Avantages fiscaux au vert

Intérêts privés15/11/2009 à 18:07
Dès 2010, il faudra acheter écolo pour profiter des fortes réductions d'impôt actuelles. Sinon, elles diminueront chaque année !


On pourrait y voir une remise en cause des avantages fiscaux accordés dans le « paquet fiscal » de 2007 ou de l'amendement Scellier... Le gouvernement, lui, préfère parler d'un « verdissement » des mesures fiscales qui incitent à l'achat d'un bien immobilier neuf. Quelle que soit la terminologie adoptée pour présenter les nouveautés annoncées dans le projet de loi de finances pour 2010, une chose est certaine : le ministère du Budget veut réduire le débit du robinet des réductions d'impôt lorsque leur emploi ne finance pas des biens économes en énergie. C'est particulièrement son intention pour l'immobilier d'habitation. Ainsi, à partir de 2010, ce n'est qu'en achetant un logement neuf dans un immeuble répondant à la norme de construction BBC, bâtiment basse consommation, que l'on pourra continuer à bénéficier du niveau des avantages fiscaux actuels. Sinon, pour tout autre achat immobilier dans le neuf, répondant à la norme obligatoire actuelle (RT 2005), les avantages seront revus à la baisse.


Intérêts moins déductibles

Ce tour de vis va s'appliquer à l'achat de la résidence principale qui ouvre droit, depuis la loi du 21 août 2007, à un crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt. Aujourd'hui, la réduction d'impôt est égale à 40 % des intérêts payés la première année, puis à 20 % les quatre années suivantes. À partir de 2010, ce niveau ne subsisterait que pour les personnes achetant ou faisant construire un bien immobilier neuf, maison ou appartement, estampillé BBC (cette norme deviendra obligatoire pour toutes les constructions dès 2013).

Si tel n'est pas le cas, les acheteurs n'auront droit qu'à un crédit d'impôt au taux de 30 % sur le montant des intérêts du prêt immobilier payés en première année, puis à 15 % pour les quatre années suivantes (l'avantage étant toujours calculé dans la limite d'un plafond annuel d'intérêts actuellement fixé à 7 500 ? pour un couple, majoré de 500 ? par personne à charge). Si l'achat a lieu en 2011 : ces taux de crédit d'impôt baisseront encore à 25 % pour la première année et 10 % les quatre suivantes. Enfin, en 2012, on tombera à 15 % puis à 5 %. De fait, la plupart des acheteurs de neuf seront touchés par la diminution de la carotte fiscale puisque 97 % des logements neufs qui ont fait l'objet d'une demande de permis de construire en 2009 ne répondent pas à la norme bâtiment basse consommation !


Loi Scellier : réduction d'impôt ramenée à 20 % puis 15 %

Bercy a annoncé aussi un durcissement pour l'achat d'un bien immobilier locatif neuf : au lieu d'une réduction d'impôt égale à 25 % du prix du logement (avantage maximal de 75 000 ? étalé sur 9 ans), les investisseurs ne devraient plus bénéficier que de 20 % de réduction d'impôt en 2010 (avantage plafonné à 60 000 ?, soit au maximum 6 666 ? de réduction par an) et 15 % en 2011. Toutefois, pour ceux qui dénicheraient un bien répondant à la norme BBC (plus cher à l'achat... donc moins rentable), le taux de la réduction d'impôt serait maintenu à 25 % en 2010 et à 20 % en 2011 et 2012. Moins diminuer son impôt ou continuer en achetant vert ? C'est la question !

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.