Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À New York, une campagne web musclée attaque le site de location Airbnb

Le Figaro22/09/2014 à 10:19

VIDÉO - Des élus locaux, hôteliers, et activistes du logement ont lancé une campagne web à 3 millions de dollars. Une vidéo très virulente dénonce la face cachée d'Airbnb, notamment coupable d'aggraver la crise du logement. Airbnb a répondu.

Souvent très plébiscité par ses utilisateurs, la plateforme de location immobilière entre particuliers Airbnb n'a pourtant pas que des amis. Au contraire. Accusée - entre autres - de violer la loi et d'aggraver encore davantage la crise du logement, un petit groupe hétéroclite composé d'hôteliers, de politiciens et d'activistes du logement ont décidé de frapper un grand coup: la campagne «Share Better», très virulente, s'attaque frontalement au site. La vidéo mise en ligne sur le site sharebetter.org n'y va pas par quatre chemins.

Son contenu: une multitude de commentaires péjoratifs observés sur Airbnb mis en images et en scène dans cette vidéo d'1 minute 20. Au menu: des souris mortes dans les placards, des punaises dans le lit, un frigo rempli de moisi, des serviettes de bain trouées... et autres perspectives peu réjouissantes, auxquelles vous vous exposez de facto en utilisant Airbnb. L'objectif: dégoûter les futurs clients potentiels d'Airbnb et les encourager à ne pas passer par le site pour se loger. Le site va même plus loin avec une page dénommée «horror stories» (histoires d'horreur) qui recense les témoignages d'utilisateurs déçus par le service. Coût total de la campagne: trois millions de dollars.

«Loin d'être un service sans danger permettant aux habitants de New York de partager leurs maisons avec des invités, Airbnb permet aux locataires New-Yorkais d'enfreindre la loi, de violer leurs baux locatifs. Il aggrave la crise du logement dans nos quartiers et pose de graves problèmes de sécurité publique pour les clients, les hôtes, et leurs voisins», peut on lire sur le site officiel, sharebetter.org.

Du côté de chez Airbnb, on ne compte pas se laisser faire. Le site a répliqué par le biais de son directeur des relations publiques, Max Pomeranc. «Quelques hôtels mal informés dépensent des millions pour empêcher les New-yorkais de partager la maison où ils vivent (...) La communauté Airbnb génère quelque 768 millions de dollars et 6 600 emplois», explique-t-il, en soulignant que la plateforme avait d'ores et déjà éradiqué beaucoup d'utilisateurs - sans toutefois donner de chiffres - qui profitent d'Airbnb pour louer des biens en état douteux.

Pour le moment limitée à New-York, il n'est pourtant pas interdit de penser que cette fronde puisse traverser les frontières américaines. Le Figaro rapportait il y a quelques jours qu'en Espagne, le président du groupe hôtelier Room Mate a pour sa part choisi de tirer profit du modèle économique d'Airbnb. Il a lancé le site Bemate.com, qui combine le professionnalisme de l'hôtellerie avec l'aspect collaboratif: il propose des appartements de particuliers avec des services hôteliers dispensés par du personnel spécialisé. «Le logement collaboratif enrichit le tourisme. Les hôtels et les appartements doivent apprendre à coexister librement», a notamment expliqué au Figaro Enrique Sarasola.

Une initiative judicieuse, lorsqu'on sait qu'entre 2007 et 2013, la location d'appartements aux touristes a augmenté de 44%, tandis que les réservations hôtelières classiques n'ont progressé que de 4,5%. Rien que dans la capitale, c'est près de 30.000 logements parisiens qui ont été détournés de leur vocation.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.