Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À Londres, on achète l'appartement du voisin pour mieux vendre le sien

Le Figaro12/04/2014 à 19:51

Selon Bloomberg , cette pratique est en pleine expansion dans les beaux quartiers de la capitale britannique. Ces transactions entre voisins permettent aux propriétaires de doubler la valeur de leur bien.

Acheter l'appartement de son voisin pour agrandir son bien. Voici la dernière tendance à Londres pour optimiser les ventes immobilières. Si certains beaux quartiers sont très convoités, ils ne correspondent pas toujours aux attentes des clients aisés à la recherche de propriétés spacieuses. Comme il est difficile d'agrandir ces maisons parfois vieilles de plus d'un siècle, les propriétaires cherchent à gagner de la place en rachetant l'appartement ou la maison du voisin.

Dans le quartier de Kensington & Chelsea , qui abrite le Royal Albert Hall, l'une des salles de spectacles les plus célèbres au monde, le nombre d'appartements combinés a triplé depuis l'année dernière et la mairie a déjà reçu 27 demandes de rapprochement sur les deux premiers mois de 2014.

Le pied carré (0,09 m²) d'un appartement dans l'un des quartiers les plus recherchés du centre de Londres vaut 1500 livres (1800 euros), a déclaré Oliver Hooper, directeur du courtier Huntly Hooper, interrogé par Bloomberg . En associant quatre appartements, le prix explose et peut atteindre jusqu'à 4000 livres le pied carré (4820 euros). Une fois les travaux effectués, la plus-value est de l'ordre de 30%, estime-t-il. Ces opérations se font très simplement: «les propriétaires vont voir leur voisins de palier ou ceux qui habitent juste au-dessus pour leur poser une seule question: 'Seriez-vous prêts à vendre votre bien?'», poursuit Oliver Hooper.

Le maire de Londres opposé à ces projets de fusion

L'opération du milliardaire John Caudwell est sans doute la plus emblématique. Cet homme d'affaires qui a fait forturne dans la téléphonie mobile a obtenu l'autorisation de relier deux maisons près de Curzon Street. La nouvelle demeure mesurerait plus de 4600 m² (50.000 pieds carrés).

Mais ces projets de fusion pourraient se heurter aux exigences de la mairie soucieuse de la pénurie de logements. Des regroupements pourraient ainsi être interdits. Le conseil municipal de la cité de Westminster qui regroupe en partie les beaux quartiers Mayfair et Belgravia, a déclaré en janvier qu'il pourrait restreindre les extensions qui représenteraient plus de 50% de la surface du bien d'origine.

Londres, capitale la plus chère d'Europe

Un tel succès peut s'expliquer par le fait que la capitale britannique n'a jamais été autant plébiscitée par les investisseurs étrangers. Selon The World Wealth Report, Londres était fin 2013 la ville la plus recherchée des High Net Wealth Individuals (les personnes dont le patrimoine hors résidence principale est supérieur à un million de dollars et inférieur à 5 millions de dollars. NDLR) devant New York et Hong Kong. Cet engouement pour l'immobilier de luxe a fait s'envoler les prix (+7% l'année dernière) au point que les observateurs craignaient même de voir une bulle immobilière.

Illustration des prix exorbitants qui peuvent se pratiquer dans la capitale la plus chère d'Europe: le groupe John Taylor a réussi à vendre un appartement de 390 m² au huitième étage d'un complexe situé dans le quartier de Knightsbridge, pour 27 millions de livres (32 millions d'euros), soit 82.000 euros le mètre carré.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.