Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À la fois design et écolo, laissez-vous tenter par les «Tiny houses»

Le Figaro24/06/2016 à 16:54

EN IMAGES - Si vous ne connaissez pas encore le concept, vous allez même avoir les détails. Nées dans les années 2000 après le passage de l’ouragan Katrina, les «mini maisons» ont désormais leurs clients.

Un poêle minuscule dans l’entrée, un coin cuisine-salle à manger surmonté d’un lit-mezzanine, une douche, des toilettes sèches et la photo de sa fille: chez Muriel, qui vit dans l’une des premières «tiny houses» (mini-maison) en France, l’essentiel tient sur 16m2. Nées dans les années 2000 aux Etats-Unis, après le passage de l’ouragan Katrina et la crise des subprimes qui ont nécessité des logements d’urgence, ces maisons miniatures en bois, montées sur remorque, ont déjà séduit plusieurs milliers d’Américains. Le concept a rallié des partisans de la décroissance et de la transition écologique, et émerge timidement dans l’Hexagone, où l’on compte au moins une trentaine de ces habitats alternatifs, selon plusieurs constructeurs.

«Ma maison tient dans une chambre!», s’amuse Marielle, qui s’est installée dans le jardin d’un ami, en Bretagne. Ravie d’échapper aux corvées d’aspirateur, la septuagénaire - qui admet la nécessité d’être ordonnée pour habiter une «tiny house» - se félicite de faire «des économies de choses et d’argent, tout en vivant correctement». «C’est minimalisé mais ça fonctionne», assure le charpentier Bruno Thiery, cofondateur de la société «La tiny house», pionnière en France pour leur fabrication. Depuis sa création, début 2015, quelque 23 mini-maisons de 18 à 25m2 - vendues de 25.000 à 40.000 euros - sont sorties de son atelier de Poilley (Manche), près du Mont Saint-Michel, essentiellement des résidences principales. Le carnet de commandes est plein jusqu’en avril prochain.

Plus spacieuses qu’une roulotte, plus durables qu’une caravane - qui résiste mal aux intempéries-, les maisons miniatures, limitées à un poids de 3,5 tonnes pour pouvoir être tractées, sont conçues «comme une véritable maison à ossature bois, avec une isolation épaisse assurant un bon confort intérieur», explique Bruno Thiery.

Et nul besoin de «s’endetter sur 20 à 30 ans pour devenir propriétaire», souligne Laëtitia Dupé, une jeune designer qui a quitté son studio parisien pour autoconstruire sa mini-résidence, baptisée «Baluchon», à Château-Thébaud, près de Nantes. «C’est une solution d’habitat très économique puisqu’elle consomme très peu d’énergie, et très écologique car on est dans l’objectif de consommer moins d’objets, tout simplement parce qu’ils ne rentrent pas», explique-t-elle.Une sobriété volontaire qui engendre un sentiment de «soulagement», selon Stéphane Boléat, un charpentier de 28 ans qui a construit à Landeleau (Finistère) une «ty-rodoù» bioclimatique (»maison sur roues» en breton), où il vit avec sa compagne.

«Se délester de tous ces objets, ça redonne une liberté et pour rien au monde je ne repartirai avec tout ce que j’avais dans un appartement classique», raconte le jeune homme qui a, comme Laëtitia Dupé, lancé une société de construction de «tiny houses». Ce choix d’habitat atteint toutefois ses limites quand la famille s’agrandit et pâtit du flou sur le cadre légal qui, à ce stade, ne le reconnaît pas. Ne nécessitant pas de permis de construire, elles peuvent rester trois mois sur un terrain mais le propriétaire doit ensuite demander une autorisation de stationnement à la mairie.

Outre la résidence principale, les applications des «tiny houses», selon les constructeurs, sont nombreuses: commerces ambulants, gîtes, espaces scéniques, logements d’urgence... «Elles répondent vraiment à cette demande de transition dans nos modes de vie, dans nos modes de consommer, dans nos mobilités professionnelles, parce qu’aujourd’hui les jeunes travailleurs se déplacent énormément», estime Stéphane Boléat, qui se prépare à chercher un nouveau terrain pour sa petite demeure en prévision de la mutation de sa compagne. En revanche, selon le sociologue de l’habitat Guy Tapie, elles s’adressent «à un segment de population très particulier et très limité», dans un contexte où la tendance reste à l’augmentation des surfaces des maisons individuelles, «passées de 100 m2 il y a 20 ans à 115-120 m2 actuellement».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.