Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"60 millions de consommateurs" fête ses 45 ans en réaffirmant son rôle au service du public

RelaxNews28/12/2014 à 13:09

60millions-mag.com, le site Internet du magazine "60 millions de consommateurs" 60 millions de consommateurs

(AFP) - À l'heure où les Français célèbrent la fin de l'année en dépensant sans compter, le magazine "60 millions de consommateurs" sort son numéro 500 pour fêter ses 45 ans d'existence au service du consommateur, oubliant un temps les interrogations sur son avenir.

"Voilà un magazine qui ne se contente pas d'aider les consommateurs à bien choisir les produits et les services, à prévenir ou à résoudre les litiges. Il impose aussi leur point de vue dans la société", affirme son rédacteur en chef Thomas Laurenceau.

Créé en 1970, le magazine est né sous l'égide de l'Institut national de la consommation (INC), établissement public sous la tutelle de Bercy.

"C'est une de nos spécificités, la plupart des autres journaux dédiés à la consommation étant issus du milieu associatif", explique M. Laurenceau.

C'est notamment le cas du rival "Que Choisir" adossé à l'association de consommateurs UFC.

L'objectif des fondateurs était simple: "informer les particuliers pour leur permettre de résister aux sirènes de la société de consommation".

Cette mission "reste toujours d'actualité: même si il y a eu depuis 45 ans quelques avancées pour mieux protéger les consommateurs, les moyens de les contourner se sont aussi perfectionnés, ce qui amène à toujours plus de vigilance", explique le rédacteur en chef.

Pour cela, le magazine continuera de s'appuyer sur ses fameux tests comparatifs, dont le premier - sur les autocuiseurs - est apparu dès le numéro 3 du mensuel en 1971.

Réalisés via des appels d'offres auprès de laboratoires indépendants, ils ont souvent permis de mettre en évidence des problèmes de fiabilité du matériel, comme en 1975 sur les casques motos, lorsque la moitié des casques ne résistait pas aux tests, ou un an plus tard, sur les sièges auto enfant, où seuls deux sur 15 se révélaient efficaces.

"A chaque fois, ça faisait scandale. (...) Mais cela a vraiment permis de faire bouger les lignes sur la question de la normalisation", témoigne M. Laurenceau.

Autre numéro marquant: celui sur les "préservatifs inefficaces une fois sur deux" paru en 1988, au début de la prise de conscience sur l'épidémie de sida en France. "Cette alerte que nous avions lancée a conduit à un renforcement de la norme NF", souligne-t-on au journal.

Dès les années 90, le magazine change de nom, passant de "50 millions de consommateurs" à "60 millions de consommateurs". Il épouse alors davantage l'évolution des préoccupations sociales, avec notamment des classements sur certaines institutions, comme "la liste des urgences à éviter".

Dans un registre plus léger, le numéro proposant un test des crèmes antirides, en 1993, avait provoqué des ruptures de stock chez Nivea, la crème la mieux notée. "C'est l'autre versant du pouvoir que peut avoir un magazine de consommation. On peut aussi devenir un prescripteur d'achat", explique M. Laurenceau.

- Mission de service public -

Selon le rédacteur en chef, les thématiques de l'avenir tourneront "incontestablement autour des préoccupations chimiques et environnementales sur la composition des produits de consommation courante. C'est au coeur interrogations des consommateurs".

Sur ce sujet comme sur d'autres, "nous continuerons d'assurer notre mission de service public. Même si je ne sais pas encore sous quelle forme", explique M. Laurenceau.

En effet, depuis quelques années, le journal est contraint à se remettre profondément en question.

Ses ventes, qui étaient à 200.000 exemplaires il y a une dizaine d'années, ont été ramenées à 130.000 (50.000 en kiosque et 80.000 abonnements).

Souffrant comme d'autres de la désaffection d'une partie du public pour la presse papier, le journal a également pris le virage internet avec retard. Une refonte complète de son site est prévue pour 2015.

Par ailleurs des doutes apparaissent régulièrement sur son maintien dans le giron de l'INC. Les salariés s'étaient ainsi mobilisés en juin après avoir découvert que le journal n'apparaissait plus dans le COP (contrat d'objectifs et de performances) de l'INC, prémices, selon eux, d'une cession prochaine à un groupe privé.

Crainte démentie depuis par l'État. Mais fin 2014, c'est désormais le budget prévisionnel 2015, en déficit du fait de lourds investissements pour recruter de nouveaux abonnés, qui pourrait se voir retoqué, selon M. Laurenceau.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.