Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

35.000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011

Le Parisien 23/10/2013 à 11:28

35.000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011

Plus de 35 000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011. Alors que le nombre de contribuables partis de l'Hexagone était resté relativement stable entre 2007 et 2009, avant de baisser en 2010, l'année 2011 aura été marquée, à la veille de l'élection présidentielle et dans un environnement de crise, par une augmentation spectaculaire des personnes qui ont fait leurs valises pour quitter la France. Un bond de 62 % en un an ! Cet indicateur mis au point par le sénateur UMP Philippe Marini, sur la base de chiffres de l'administration fiscale, porte sur les foyers fiscaux assujettis à l'impôt sur le revenu et non plus seulement sur l'impôt de solidarité sur la fortune.

Ce phénomène d'expatriation est loin de concerner les seuls très haut revenus. «40% des partants ont moins de 30 ans, alors qu'ils représentent 17% des redevables», explique-t-il. Leur objectif est avant tout professionnel avec de meilleurs perspectives de carrière. Les destinations favorites : les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

«La France est perçue comme un pays figé, qui a de la peine à faire ses réformes, qui n'incite pas au dynamisme, qui comporte des dispositifs d'assistanat très lourds, donc des niveaux de charges publiques très lourds (et) qui, par conséquent, sera amené à solliciter des prélèvements obligatoires élevés», explique le sénateur et président de la Commission des Finances du Sénat.

A l'inverse, les détenteurs de revenus fonciers et de capitaux mobiliers importants, eux, «préfèrent logiquement la Suisse ou la Belgique, plus attractifs fiscalement». ««Il n'y a pas de surprise, la suppression du bouclier fiscal et la perspective de l'alternance socialiste ont joué sur les situations individuelles», décrypte Philippe Marini, ajoutant que, parmi ceux qui se sont expatriés en 2011, 2 024 ont des revenus annuels supérieurs à 100 000 euros contre 1 101 en 2007 et 251 supérieurs à 300 000 euros contre 137 en 2007.

Reste un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.