Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vin : le business bien rôdé du Beaujolais nouveau
Webedia18/11/2016 à 07:30
Temps de lecture: 3 min

Vin : le business bien rôdé du Beaujolais nouveau (Crédits photo : Adobe Stock)

Vin : le business bien rôdé du Beaujolais nouveau (Crédits photo : Adobe Stock)

Depuis 1985, tous les troisièmes jeudis de novembre, la même ritournelle se fait entendre : "Le Beaujolais nouveau est arrivé !", scande-t-on dans les bars, à la radio ou encore dans les supermarchés. À l'origine, fêter l'arrivée de ce vin primeur, c'est-à-dire de ce vin mis en vente presque immédiatement après la récolte, était une tradition de la région lyonnaise. Elle a peu à peu été adoptée par les Parisiens, puis par la France entière, et a désormais dépassé nos frontières. Aujourd'hui, le lancement annuel du Beaujolais nouveau représente un véritable événement économique à dimension mondiale. Il permet d'écouler plus de 25 millions de bouteilles dans une centaine de pays.

Un vin plus festif que qualitatif

En 2015, pas moins de 13,4 millions de bouteilles de Beaujolais nouveau, soit 52% de la production, ont été vendues dans l'Hexagone. Environ 12,3 millions de bouteilles ont été dégustées à l'étranger, notamment aux États-Unis (1,7 million de bouteilles), au Royaume-Uni (1 million), au Canada (373 300), en Allemagne (360 000), mais surtout au Japon. Les consommateurs nippons apprécient particulièrement ce vin primeur, dont ils ont savouré l'an dernier quelque 6,7 millions de bouteilles. Pour eux, le Beaujolais nouveau représente l'élégance et le luxe à la française. Les bouteilles s'arrachent donc parfois à plus de 25 euros, alors qu'elles ne coûtent qu'entre 4 et 6 euros en moyenne en France. Au pays du Soleil-Levant, l'engouement est tel que certains vont jusqu'à prendre des bains de Beaujolais, qui paraît-il sont bons pour la peau. En France, il faut le reconnaître, le Beaujolais nouveau n'est pas ce qui se fait de mieux en terme de qualités gustatives. S'il a atteint une telle renommée, c'est surtout parce qu'il est devenu indissociable d'un moment convivial et festif. Peu onéreux, ce vin se déguste entre amis autour d'un bon repas ou d'un plateau de tapas. Il a bien évidemment ses détracteurs, ceux qui estiment qu'il ne mérite pas son succès et qu'il fait de l'ombre à d'autres nectars de meilleure qualité. Mais en tout cas, qu'on l'aime ou qu'on le déteste, chacun possède un avis tranché sur le Beaujolais nouveau.

Une opération marketing mondiale

Évidemment, le marketing joue un rôle crucial dans la renommée planétaire de ce vin primeur. La mise en place d'un rendez-vous fixe, le troisième jeudi du mois de novembre, a été décisif dans ce succès. En effet, puisque l'événement est programmé, il est attendu chaque année par la population. Et pour être sûr que les consommateurs soient bien au rendez-vous, la sortie du Beaujolais nouveau est précédée d'importantes campagnes de communication. Grâce à des affiches publicitaires, à des spots diffusés à la radio ou à des événements spéciaux, il est difficile d'échapper à la sortie d'une nouvelle cuvée. Si ce marketing intensif contribue grandement au succès du Beaujolais nouveau en France comme à l'étranger, il a également tendance à donner à ce nectar une image de vin "pas très sérieux", qui privilégie le business à la qualité. Du coup, à l'heure où les Français ont tendance à boire "moins mais mieux", les viticulteurs ont décidé de diminuer leur production afin de retravailler la qualité de ce vin primeur. Autre inconvénient : cette réputation de vin "bas de gamme" déteint, dans l'esprit des consommateurs, sur tout le reste de l'appellation Beaujolais. Or, la région viticole produit également des Moulin-à-Vent, des Saint-Amour, des Chénas ou encore des Brouilly de haute volée. Les producteurs de ces vins AOC n'ont qu'un souhait : que le troisième jeudi de novembre devienne la fête de tous les vins du Beaujolais. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Les Risques en Bourse

Fermer