Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France (950-941)
information fournie par So Foot13/08/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France (950-941)

Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France (950-941)

Quel est le meilleur joueur de l'histoire du championnat de France depuis sa création en 1932 jusqu'à 2022 ? Statistiques, palmarès, trajectoires personnelles, classe, dégaine, empreinte laissée : autant de critères qui nous ont permis d'établir notre classement très subjectif des mille joueurs les plus marquants de Division 1 et de Ligue 1. Le credo d'un feuilleton qui va durer précisément 100 jours.


Daniel Cousin
Le Mans (2003-2004), RC Lens (2004-2007)

On mesure souvent l'importance d'un joueur après son départ. Et le RC Lens a rapidement compris que Daniel Cousin était finalement indispensable à son bon fonctionnement. Arrivé dans le Nord en 2004, après un exercice à 11 buts au Mans, le géant gabonais a pondu trois saisons pleines à l'issue desquelles les Sang et Or ont toujours été qualifiés pour une Coupe d'Europe, terminant même quatrièmes en 2006. Sauf que quelques mois après avoir claqué un joli doublé au Parc des Princes, dont une frappe enroulée Pauletesque , Daniel Cousin s'envole aux Rangers à l'été 2007. Orphelin de son attaquant, le RC Lens termine la saison à la 18e place et retourne en Ligue 2 pour la première fois depuis 1991. Le début d'une grosse décennie de galères pour les Lensois. De là à dire que tout se serait mieux passé avec Daniel Cousin en attaque, il n'y a qu'un pas que nous franchissons sans sourciller.


Retrouvez la Ligue 1 Uber Eats avec Prime Video



Maurice Gransart
OM (1948-1959)

Son papa était rugbyman, sa maman était basketteuse, Maurice Gransart a lui choisi d'emprunter la voie du football pour devenir l'homme d'un club : l'Olympique de Marseille. Le défenseur n'a joué nulle part ailleurs que dans son club de cœur, passant plus d'une décennie à écumer les pelouses de première division sous le maillot bleu et blanc. Très athlétique, mais également très rapide, Gransart était une arme redoutable sur contre-attaque. Il était aussi difficile à passer, ce qui lui a permis d'être élu meilleur arrière droit du championnat par France Football lors de la saison 1955-1956. Une belle distinction, mais pas de titre majeur pour celui qui avait refusé de rejoindre le Racing Club de Paris en 1954 parce qu'il était trop amoureux de sa ville natale. Une passion…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com