Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Terem Moffi, le fusil du Morbihan
So Foot31/01/2021 à 19:23
Temps de lecture: 2 min

Terem Moffi, le fusil du Morbihan

Terem Moffi, le fusil du Morbihan

Le rush victorieux de Terem Moffi face à Paris (3-2) a mis en lumière les qualités d'un garçon en pleine bourre dans le Morbihan. Le Nigérian, sur qui le FC Lorient a parié en posant huit millions à l'automne, se révèle être une sacrée bonne pioche.

Pour la première fois depuis cinq rencontres, Christophe Pélissier avait décidé de laisser Terem Moffi sur le banc pour la réception du Paris Saint-Germain, ce dimanche, au Moustoir. Mais le Nigérian a tombé le survêtement en seconde période face au champion de France et rien n'a finalement changé dans l'équation : comme lors des quatre parties précédentes, l'attaquant a fait glisser son nom sur le tableau d'affichage, permettant aux siens de signer un deuxième succès de rang cette saison (3-2) - une performance inédite depuis le retour du FC Lorient en Ligue 1. Après avoir trouvé la faille consécutivement contre Nice, Monaco, Bordeaux puis Dijon, c'est une entrée de maître qu'a réalisée l'attaquant contre le PSG, éclaboussant la fin de rencontre de toutes ses qualités : d'abord au relais pour un Yoane Wissa auteur de l'égalisation (80e), il a ensuite faussé compagnie à tout le monde à l'entrée du temps additionnel pour résister à Presnel Kimpembe, battre sans souci Sergio Rico au bout de sa course (90e+1) et ainsi faire basculer la prestation des Merlus dans la catégorie des prouesses.

Sprinteur et tueur


Pélissier n'avait pas menti à l'arrivée de son nouveau joueur, quand il évoquait "sa puissance, sa technique et son agilité face au but". Et Jean-Louis Gasset avait pu le constater, il y a trois semaines au sortir d'un match que les Merlus avaient pourtant perdu au Matmut Atlantique (2-1), mais durant lequel Moffi avait scoré, touché le montant et fait forte impression : "Ce soir, on a vu un gamin de 20 ans nous jongler". Moffi en a 21 depuis mai dernier, en réalité, et a déjà eu le temps de voir du pays : depuis sa terre natale, celui dont le père Léo fut gardien de but en D1 nigériane est passé par l'Angleterre à 17 ans (à la Buckswood Football Academy), la Lituanie à 18 ans (le FK Kauno Žalgiris et le FK Riteriai avec des gros problèmes de visa et un an et demi sans jouer entre les deux clubs), puis la Belgique à 20 ans (au KV Courtrai), avant de poser ses valises dans l'Hexagone. À Riteriai (20 pions en 29 apparitions Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer