Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Sport extrême: découvrez l’ultra trail
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag19/09/2021 à 08:30
Temps de lecture: 3 min

Près de 1 million de personnes pratiqueraient cette discipline visant à courir en pleine nature crédit photo : Shutterstock

Près de 1 million de personnes pratiqueraient cette discipline visant à courir en pleine nature crédit photo : Shutterstock

La victoire de François Haene à l’ultra trail du Mont Blanc en août 2021 confirme la passion des Français pour ce sport exigeant. Ils seraient près de 1 million à s’adonner à cette discipline visant à courir en pleine nature, sur des dénivelés positifs, pendant plusieurs dizaines d’heures. Ces courses sont impressionnantes mais pas sans risque et elles nécessitent un entraînement important.

Ultra trail du Mont blanc: la France à l’honneur

Il l’a fait. Après 20 heures et 46 minutes de course autour du Mont Blanc, le Français François Haene vient de remporter l’ultra trail du Mont Blanc pour la quatrième fois. Il est suivi de près sur le podium par deux autres français: Aurélien Dunand-Pallaz et Mathieu Blanchard. Les champions d’une course en pleine nature hors normes de 170 kilomètres, avec un dénivelé positif de 10.000 mètres, à compléter en un délai maximum de 46,5 heures. La quatrième victoire de ce vigneron de 35 ans, qui a semé ses 2.300 autres concurrents, lui permet d’entrer dans l’histoire de cette discipline des plus risquées.

Lors de cette édition 2021, un participant tchèque est mort dans la nuit de mardi à mercredi le 25 août dernier. Le coureur a fait une chute de plusieurs mètres sur un chemin dangereux près de la commune de Bourg-Saint-Maurice, à plus de 2.000 mètres de haut.

Une course éprouvante

L’ultra-trail serait né dans les années 1970, aux États-Unis grâce à un coureur nommé Gordy Ainsleigh qui aurait eu la curieuse idée de se joindre à une course équestre de la Western Stats 100-Mile Endurance Run… à pied. Une course de 100 miles qu’il terminera en moins de 24 h (23 heures et 42 minutes). Aujourd’hui, l’international Trail Running Association, définit l‘ultra-trail comme une course de plus de 115 kilomètres d’effort, c’est-à-dire combinant une longue distance et un dénivelé positif. Une course d’une dizaine d’heures au minimum réalisée en pleine nature.

Si l’ultra trail du Mont Blanc est l’une des plus connus du monde, on peut également citer la Tor des Géants, en Italie. Une course de 150 heures maximum durant laquelle les athlètes doivent parcourir, en une seule fois, sans s’arrêter, 330 kilomètres, franchir 25 cols et maîtriser un dénivelé de 24.000 mètres. Dans les faits, rares sont les sportifs qui parviennent à courir sans s’arrêter. Le record est actuellement détenu par Javi Dominguez. L’athlète a réussi à compléter la course en 67 heures, 52 minutes et 15 secondes en dormant seulement 35 minutes.

12 heures d‘entraînement par semaine

La pratique de l’Ultra trail, malgré sa difficulté, fait de plus en plus d’adeptes en France. Ils seraient entre 800.000 et 1 million à être attirés par ce type de course sur le territoire national et l’on compte près de 5.000 épreuves organisées chaque année en France. Le goût du challenge pousse ainsi chaque année des milliers de personnes à tenter l’aventure, après un sérieux entraînement quelques mois avant le top départ. Comptez un minimum de 12 heures d‘entraînement sportif par semaine pour parvenir à boucler un parcours. 12 heures durant lesquelles les sportifs amateurs apprennent à gérer leurs efforts pour adapter leur métabolisme et leur musculature à un tel exercice. L’idéal est d’ailleurs de mélanger des séances de trail de 3 à 10 heures toutes les semaines à quelques heures de vélo et de yoga . Car pour remporter une telle course, l’esprit doit être aussi solide que le corps.

Comment choisir les bonnes chaussures de trail?

Choisir une bonne paire de chaussures de trail n’est pas une mince affaire. Tout va dépendre du terrain auquel vous aurez à faire face. Une semelle avec des crampons marqués permettra une meilleure accroche au sol. Elle est idéale pour les terrains neigeux ou boueux. A contrario, les crampons plus discrets se prêtent davantage aux terrains secs. Sur les zones escarpées voire rocailleuses, privilégiez les semelles rigides pour plus de stabilité là où les semelles plus souples, adaptées à votre maintien, auront un impact différent en fonction du type de sol. Si votre parcours comprend une partie neigeuse, veillez à ce que vos chaussures soient waterproof. Pensez également à questionner votre vendeur sur les renforts et l’amorti de la chaussure, essentiels pour les courses de plus de 50 kilomètres. Pour la pointure, veillez à ce qu’il y ait au moins 1 centimètre devant vos orteils avant votre départ. Côté prix, comptez entre 50 et 150 euros pour une bonne paire qui tiendra la route.

A lire aussi:

Chaussures de courses: quel modèle choisir?

Beach body: se remettre en forme avant l‘été