Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Si Paris dérange, il faut le dire
So Foot05/05/2021 à 00:15
Temps de lecture: 2 min

Si Paris dérange, il faut le dire

Si Paris dérange, il faut le dire

Paris s'est donné la peine de sortir Manchester United, le Barça et le Bayern. Pour autant, après son élimination houleuse sur la patinoire de Manchester City, ça n'a pas l'air de suffire pour se faire traiter comme un club comme un autre. Et ce match retour en est une nouvelle fois la preuve : le PSG dérange.

Mercredi matin, en bon Parisien, Nasser Al-Khelaïfi se réveillera avec un épi sur le coin de la tête, enfilera son marcel éliminé, ouvrira sa baguette fraîche en deux pour y étaler une belle noisette de beurre, et se rappeler que la revoilà, la légendaire lose à la française... Il la pensait partie bien loin, après avoir brisé le plafond de verre l'an dernier en atteignant la finale d'une édition escamotée pour cause de pandémie, mais c'était oublier le traditionnel but inscrit par un ancien de la maison, en l'occurrence Kingsley Coman. Cette année, c'est en demi-finale que le chemin de son club s'arrête, confirmant que les matchs aller-retour ne sont décidément pas leur truc. Mais il ne pourra se décoller de l'esprit, qu'encore une fois, on n'a pas respecté son équipe. Et ce ne sont pas les preuves qui manquent.

Déjà, quelle meilleure façon de foutre en l'air toutes ces préparations physiques à Doha que d'autoriser une rencontre à se jouer sur une couche de glace ? On ne sait pas si Manchester City s'est fait un petit stage dans les Highlands d'Écosse, mais personne n'a eu la présence d'esprit d'utiliser un ballon orange ? Dans ces conditions, sur un terrain où seules les surfaces sont dégagées, il ne faut pas s'étonner voir un gardien réputé pour son jeu au pied briller sur un billard pendant que les autres, et notamment Florenzi, pataugent dans la gadoue à la recherche d'une sphère qu'ils ne voient même pas. Est-ce que Tiger Woods joue sur un green mieux tondu que ses adversaires ? Non. Pour une équipe qui base son jeu sur le contre, cela a forcément eu des conséquences au moment de développer son jeu face à un adversaire habitué à tourner autour d'une ligne des 16,50m bien nette. Et encore, heureusement que Kylian Mbappé est resté en tribune, cela n'aurait pas été beau de le voir patiner sur ses démarrages. Enfin, on aurait pu dire que les jardiniers ont bien fait leur boulot à la mi-temps, s'il n'avaient pas (délibérément ?) oublié de déneiger la zone dans laquelle évoluait en seconde période Angel Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer