Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Si Álvaro veut un taureau à son nom, il est le bienvenu"
So Foot09/05/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

"Si Álvaro veut un taureau à son nom, il est le bienvenu"

"Si Álvaro veut un taureau à son nom, il est le bienvenu"

Il existe un endroit où Brandão, Thauvin, Herbin, Larqué ou encore Anigo broutent de l'herbe tous ensemble. On ne parle pas d'une pelouse de Ligue 1, mais de celle des prairies de la manade Didelot-Langlade en Camargue où les taureaux sont nommés en l'honneur de joueurs de foot. Le dernier en date : Renaud Ripart, qui a même reçu la visite de son homonyme du Nîmes Olympique. Supporter des Verts pour l'un et de l'OM pour l'autre, mais Nîmois avant tout, Daniel Didelot et Benjamin Bini expliquent comment ils en sont arrivés là.

Pourquoi donnez-vous des noms de joueurs de football à vos taureaux ?
Nous sommes éleveurs de taureaux en Camargue, mais passionnés de foot depuis toujours. Daniel a suivi toute l'épopée des Verts, c'est un pur Stéphanois. S'il ne s'était pas cassé la jambe, il serait allé à la finale à Glasgow. Moi, je suis marseillais de naissance. J'y ai grandi pendant les années Tapie, et je suis toujours abonné au Vélodrome. Dans le monde des taureaux, on donne souvent des noms de voiture, de poisson ou des surnoms aux bêtes, ou pour faire plaisir à des gens qui nous appellent. Nous, on aime le foot. C'est ainsi que Daniel, en bon supporter des Verts, a commencé en 2006 avec Larqué et Piazza. Puis il y a eu Janvion, ?urko ou plus récemment Herbin. Ensuite, j'en ai appelé Anigo, Thauvin, Brandão, Sanson... L'an dernier, je voulais en baptiser un "Porto " pour Villas-Boas. Pour l'instant, je n'ai pas encore fait de joueurs de 1991 et 1993, car je suis plus sur la génération actuelle. Mais un jour, on aura un taureau Boli, un taureau Papin... Promis.

"Pour l'instant, je n'ai pas encore fait de joueurs de 1991 et 1993. Mais un jour, on aura un taureau Boli. Promis."

Dernièrement, vous avez surtout nommé une bête en l'honneur de Renaud Ripart, le capitaine nîmois. Qui a eu l'idée ?
On suit le Nîmes Olympique parce que c'est le club de chez nous, j'habite à cinq minutes des Costières. Bref, un ami nous a suggéré de nommer un taureau en l'honneur d'un joueur du NO. Ça nous a plu, de suite. On a choisi Renaud Ripart, le capitaine. Déjà parce que "Ripart" est plus facile à prononcer pour un taureau que "Briançon", par exemple. On n'a pas de Rocheteau, ou d'Aubameyang : c'est trop long, pour un taureau. Et puis, Ripart est un symbole. Parce qu'il a fait toutes ses classes à Nîmes, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer