Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Samuel Eto'o en dix dates
information fournie par So Foot07/07/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Samuel Eto'o en dix dates

Samuel Eto'o en dix dates

De Douala à Yaoundé, en passant par Madrid, Barcelone, Milan, le Caucase, Londres et tous les continents de la planète, Samuel Eto'o a marqué son temps et son monde grâce à un talent pur et une personnalité lumineuse. À l'occasion de la sortie d'un magazine consacré spécialement au Neuf des Neuf, voici les dix dates majeures de son parcours.

7 septembre 1993 : trois étoiles à la Coupe Top U13

En 2006, pour Libération , Dominique Wansi, DTN à la FÉCAFOOT, raconte son flash pour Samuel Eto'o. Entraîneur provincial, il l'a repéré à Douala lors de la Coupe Top, le célèbre tournoi U13 de détection nationale créé par l'École de football Brasseries du Cameroun (EFBC) : "Je le vois débouler, j'y crois à peine. Tout fluet. Dans un univers de densité, de physique et de mental... J'ai tout noté ! Là, trois étoiles pour le match du 7 septembre 1993 ! Quatre étoiles trois jours plus tard !"
"Quand on joue pieds nus, on ne tombe jamais dans le piège de se croire meilleur que les autres." Samuel Eto'o Fils
L'effronté Samuel bluffe ses jeunes partenaires en affichant cash ses ambitions quand ses exploits en Coupe Top lui ouvrent les portes de l'EFBC : "Vous entendrez parler de moi un jour." Wansi observe les progrès fulgurants de celui qui joue alors numéro 10. "C'est de là qu'il a tiré cette aisance devant le but et sa technique." Tel un Bob Marley réchappant du ghetto de Trenchtown, le petit génie étoilé est originaire de New Bell, quartier dur de Douala, avec vue sur le proche pénitencier où beaucoup de ses potes ont fini. Jouant des pieds (au ballon) et des poings (à la castagne), le rejeton d'une pauvre famille nombreuse s'en va dribbler la fatalité en se forgeant un caractère de feu qu'il saura tempérer d'humilité : "Quand on joue pieds nus, on ne tombe jamais dans le piège de se croire meilleur que les autres." Sa précocité stupéfiante l'enverra à la célèbre Kadji Sports Academy, qu'il intégrera en fixant une condition à M. Gilbert Kadji, le maître des lieux : "Mon papa ne travaille pas, si vous lui donnez du travail, ça me va." Adjugé !


9 mars 1997 : voyage initiatique

À l'Estadio Nacional de San José, au Costa Rica, le triplé de Paulo Wanchope scelle la manita et claque à la figure de Samuel, qui fête là sa première sélection chez les A, la veille de ses 16 ans. Cadeau empoisonné du sélectionneur belge, feu Henri Depireux, qui le grille prématurément ? Pas vraiment : "Il… Lire la suite de l'article sur SoFoot.com