Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

S'il ne devait en rester qu'un...
So Foot26/11/2020 à 10:01
Temps de lecture: 1 min

S'il ne devait en rester qu'un...

S'il ne devait en rester qu'un...

En 2012, So Foot avait tranché une bonne fois pour toutes : Diego Maradona est bel et bien, et restera à jamais, le plus grand joueur de tous les temps. Voilà 100 bonnes raisons de le penser.



Bertoni : " Maradona est né pour émerveiller les gens "

1. Quand un mec voit le jour à Lanus et se fait ensuite surnommer "El pibe de oro" (Le Gamin en Or, en VF), c'est qu'il est exceptionnel, forcément.

2. Quand il a fait ce qu'il a fait à l'Angleterre, en 1986. À l'époque, empêtrée dans les séquelles de la guerre des Malouines, l'Argentine de Raúl Alfonsin voit en Maradona la figure de la vengeance. Son premier but, espiègle, va dans ce sens. Le second, joyau indétrôné depuis, que ce soit en termes de vitesse d'exécution et d'enjeu, le sanctifie. Aucun joueur n'a libéré et vengé un pays ainsi. Encore moins en quart de Coupe du monde.


3. Quand il a claqué un triplé contre la Lazio en 1985, avec notamment ce lob divin en pivot de 25 mètres et ce corner rentrant téléguidé. Sans forcer.

Vidéo
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer