Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Roland Spöttling, le speaker aveugle du Wiener SC
information fournie par So Foot03/07/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Roland Spöttling, le speaker aveugle du Wiener SC

Roland Spöttling, le speaker aveugle du Wiener SC

Le football est un sport qui peut se regarder avec les oreilles, Roland Spöttling en est la preuve. Aveugle depuis ses quatre ans, ce Salzbourgeois de naissance est le speaker du Wiener Sport-Club, écurie historique de la capitale autrichienne qui végète aujourd'hui en D3. Loin de se considérer comme un symbole, Roland se contente de kiffer une vie qu'il passe dans le noir en la remplissant de couleurs, à travers le stade et la musique, son autre amour. Et ça fait près d'un demi-siècle que ça dure.

"Rendez-vous à la sortie de la station Rochusgasse, je te verrai quand tu seras sur la place." Oui, enfin, façon de parler. Notre interlocuteur du jour n'en voit pas la lumière. Et pour cause, Roland Spöttling est aveugle depuis ses quatre ans. Mais avant que ses mirettes ne s'éteignent totalement, le Bursche (gamin) a eu le temps d'emmagasiner quelques souvenirs. À commencer par la couleur verte, celle qui, à la fonte des neiges, domine les alpages des environs de son Salzbourg natal. "Le vert, c'est aussi la couleur du Rapid, c'est pour ça que c'est mon club préféré. Dans les années 1990, je les suivais partout en Europe. Et pour la finale de C2 à Bruxelles contre le PSG, la direction m'a carrément invité à faire le déplacement avec les joueurs" , sourit Roland, perché sur le tabouret de l'Imbiss où il a donné rendez-vous. Sa cannette de "Frühstücksbier" (littéralement une bière de petit-déj en VF) est verte elle aussi, "mais c'est un pur hasard, je prends ce que je le patron me sert" . Le soleil chauffe sur le Rochusmarkt, c'est jour de marché. La veille du rencard, la France et l'Autriche s'affrontaient au Ernst-Happel-Stadion. Dans son message vocal, Roland annonçait ceci : "Si la France gagne, tu feras la fête, si l'Autriche gagne, je ferai la fête, si c'est match nul, on fera tous les deux la fête." Bilan : 1-1, un sacré camouflet pour les Bleus de Didier Deschamps , mais une formidable opportunité de s'ouvrir une grosse canette de Gösser à onze heures du matin. Prost !



Au milieu des échoppes de la place, impossible de le manquer. Et pas seulement parce qu'il dépasse fièrement le quintal sur la balance. Ici, "Roly" est une petite célébrité. On s'arrête, on le salue, on lui demande de ses nouvelles... Il faut dire que l'homme compte parmi les curiosités viennoises, et pas seulement depuis qu'un programme télé l'a classé parmi "les 10 000 Autrichiens les plus importants" . Ni depuis que la compagnie nationale Lire la suite de l'article sur SoFoot.com