Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rojas : "À Grenoble, je me sentais aimé comme Maradona !"
So Foot28/11/2020 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Rojas : "À Grenoble, je me sentais aimé comme Maradona !"

Rojas : "À Grenoble, je me sentais aimé comme Maradona !"

À l'heure où le monde pleure la perte de Diego Maradona, Grenoble accueille le Paris FC ce samedi (15h) pour un choc au sommet de la Ligue 2. L'occasion de prendre des nouvelles de Sergio Rojas, avant-centre du GF38 entre 2002 et 2005 et légende du club aux yeux des plus fervents supporters grenoblois. Entretien avec l'idole argentino-iséroise.

"Quand vient le débat de comparer Maradona avec Messi, il n'y a pas de comparaison possible : Diego est le plus grand."

Bonjour Sergio ! On vient de perdre Diego. Quelle importance a-t-il eu dans ta vie ?
(Il réfléchit.) C'est assez difficile de bien m'en rendre compte, car Diego est avant tout présent dans la mémoire de chaque Argentin. Ici, il y a trois jours de deuil national, et le pays ne parle que de cela actuellement. Quand tu voyais ces centaines de milliers de personnes qui défilaient devant son cercueil pour lui rendre hommage... Toute cette gloire que Diego a pu avoir au cours de sa vie, c'est quelque chose d'unique. Je ne suis personne pour le juger en tant que personne, mais je sais que Diego impressionne quand tu dois parler de football. Même quand vient le débat de le comparer avec Messi, il n'y a pas de comparaison possible : Diego est le plus grand.

Tu étais un enfant issu du Chaco, au sud du Paraguay. Quel était ton club de cœur ?
Boca Juniors, à fond. Ici, la transmission d'appartenance à un club se fait du père vers le fils. Certains peuvent se rebeller, mais la plupart du temps les codes sont clairs. Le premier cadeau d'enfance que j'ai reçu, c'était un maillot de Boca. Tu imagines bien que Diego avait une place toute spéciale... Mais aujourd'hui, on se rend compte que Maradona est de toutes les couleurs en Argentine, car il unit les passionnés du football. Boca, River, Rosario Central, Independiente, Racing... Tous ces clubs du pays pleurent Maradona.

Tu avais eu l'occasion de voir jouer Maradona en vrai ?
Jamais, seulement à la TV. J'habitais loin de la capitale et j'avais un objectif à suivre pour devenir footballeur professionnel. Quand j'y pense maintenant, c'est un regret, mais je suis tout de même lié à Diego par les émotions qu'il a procurées à travers la TV ou la radio.

Il y a vingt ans,
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer