Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Richard Gasquet : "J'aime le PSG, mais je dors le soir s'il perd"
information fournie par So Foot17/09/2021 à 16:30
Temps de lecture: 2 min

Richard Gasquet : "J'aime le PSG, mais je dors le soir s'il perd"

Richard Gasquet : "J'aime le PSG, mais je dors le soir s'il perd"

Entre deux matchs à l'Open de Rennes, le tournoi ATP challenger où il est tête de série n°1, Richard Gasquet a accepté de passer de la balle jaune au ballon rond le temps d'une demi-heure. Fan absolu de foot, le joueur de 35 ans parle du Paris Saint-Germain, du revers de Jérôme Rothen, de son envie de rejouer au foot, de Yoann Gourcuff et des parallèles possibles (ou impossibles) entre les deux sports. Entretien réalisé sans revers à une main.

Tu as joué ton huitième de finale à l'Open de Rennes contre Clément Chidekh mercredi soir au même moment que Bruges-PSG en Ligue des champions. On sait que tu es un fan de Paris, ce n'est pas trop frustrant de rater un match ?
J'ai joué beaucoup de matchs dans ma carrière, c'est arrivé très souvent que ça tombe pendant le foot et ce ne sera pas la dernière fois. Ça m'est arrivé de rater des matchs de Coupe du monde, de Ligue des champions comme la finale PSG-Bayern en 2020. C'est toujours chiant de jouer pendant des matchs importants. Du coup, je regarde le résultat sur mon téléphone dès que je rentre aux vestiaires et les résumés une fois rentré.

C'était la première du trio Mbappé-Messi-Neymar sur le terrain. Est-ce que ça t'intrigue de savoir comment de tels egos peuvent cohabiter dans un collectif ?
J'ai hâte de voir comment ils vont se débrouiller ensemble, comment sera l'équilibre de l'équipe, et jusqu'où ils vont pouvoir aller avec cette pression. Le tennis est un sport individuel, c'est différent. Ça ne doit pas être simple de se mettre au service du collectif quand on a un ego aussi important. Mais comme on dit, le club doit toujours être au-dessus, c'est la fameuse institution !

"À 15 ans, j'avais vu Ronaldinho au Camp des Loges, on avait échangé de ballons de la tête"

Tu es Biterrois, tu as passé ta jeunesse dans le Sud de la France, comment ta passion pour le PSG est-elle née ?
J'aime bien Montpellier aussi, je connaissais très bien Loulou Nicollin. Mes premiers souvenirs de stade sont à la Mosson, on regardait aussi un peu Marseille. J'ai déménagé à Paris quand j'avais 14 ans et demi, j'habitais à 50 mètres du Parc des Princes, donc j'ai commencé à aller au stade et à aimer cette équipe. Je me souviens qu'à l'âge de 15 ans, j'avais participé à une journée au Camp des Loges avec le journal Lire la suite de l'article sur SoFoot.com