Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Renaud Lavillenie : le blues du bronze
Partenaire25/08/2015 à 14:30
Temps de lecture: 2 min

Si certains rêveraient d'une médaille de bronze aux Championnats du monde d'athlétisme, Renaud Lavillenie visait l'or et rien d'autre. Après sa troisième place décrochée à Pékin, le perchiste français n'avait pas vraiment le coeur à sourire.

Si certains rêveraient d'une médaille de bronze aux Championnats du monde d'athlétisme, Renaud Lavillenie visait l'or et rien d'autre. Après sa troisième place décrochée à Pékin, le perchiste français n'avait pas vraiment le coeur à sourire.

En 2014, tout a réussi à Renaud Lavillenie. L'athlète français s'est distingué en faisant (enfin) tomber le record du monde de saut à la perche, détenu depuis 1993 par la légende de la discipline Sergueï Bubka. Mais il ne faut pas non plus oublier son troisième titre européen de rang, décroché il y a tout juste un an à Zurich. Cette médaille d'or avait notamment permis à la France de battre un nouveau record de médailles aux Championnats d'Europe d'athlétisme. L'homme, lui, avait été couronné "Champion des champions 2014" par l'Équipe.

Malheureusement, malgré de bonnes performances en 2015, le perchiste tricolore s'est une nouvelle fois manqué lors des Championnats du monde d'athlétisme de Pékin. Pour la troisième fois de sa carrière, il doit se contenter de la médaille de bronze, alors qu'il n'a jamais remporté le titre de champion du monde en plein air. De quoi s'inquiéter à moins d'un an des Jeux Olympiques de Rio ?

La malédiction des Championnats du monde

Avec son titre de champion olympique et ses trois trophées européens consécutifs en poche, Renaud Lavillenie ne visait qu'une seule chose à Pékin : l'or. Car malgré sa domination sur le petit monde de la perche, le Français n'a jamais réussi à décrocher le titre de champion du monde de la discipline (trois médailles de bronze en 2009, 2011 et 2015, une médaille d'argent en 2013). Et cette anomalie va encore durer deux ans de plus. . . Dans le nid d'oiseau qui avait accueilli les Jeux Olympiques d'été de 2008, il a encore une fois récolté le bronze en échouant à 5, 90 mètres.

C'est le Canadien de 21 ans Shawnacy Barber qui s'est imposé en réussissant du premier coup son saut à 5, 90 mètres, devant l'Allemand Raphael Holzdeppe, qui avait remporté l'épreuve en 2013 à Moscou devant le Français. Ce dernier, en passant sa troisième tentative à 5, 90 mètres, a asséné un nouveau coup dur à Renaud Lavillenie en le privant de sa seconde médaille d'argent de rang au niveau mondial.

La déception est d'autant plus grande que le perchiste tricolore ne s'explique pas cette contre-performance. Il a pourtant assumé son statut de favori en débutant le concours à 5, 80 mètres, et en franchissant l'obstacle avec une marge confortable. Mais c'est à 5, 90 mètres que ça a bloqué : "C'est difficile, à chaud, de saisir ce qui n'a pas marché. J'échoue par trois fois avec quasiment à chaque fois le même saut. Pourtant, je connaissais parfaitement cette perche, j'étais bien physiquement, mentalement. "

Heureusement, la 6e place de l'autre Français de la finale, Kévin Ménaldo, a réussi à lui arracher un sourire. Mais la frustration reste grande. Il faudra se servir de cet échec pour rebondir à Rio en 2016, puis à Londres en 2017 lors des prochains championnats du monde en plein air. Après tout, à 28 ans, Renaud Lavillenie a encore le temps de décrocher le seul titre qui manque à son palmarès.

Les Risques en Bourse

Fermer