Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Rémi Serpaud : "La tribune lilloise hurlait "Tuez-le, Tuez-le !""
information fournie par So Foot20/09/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Rémi Serpaud : "La tribune lilloise hurlait "Tuez-le, Tuez-le !""

Rémi Serpaud : "La tribune lilloise hurlait "Tuez-le, Tuez-le !""

À la mi-temps de Lens-Lille, Rémi Serpaud voulait juste passer un coup de fil. Ce supporter installé en tribune Trannin s'est alors retrouvé, bien malgré lui, au milieu des débordements ultras et a perdu connaissance après avoir pris un siège sur le crâne. À froid, cet arbitre amateur fan des Sang et Or raconte les incidents dans les moindres détails. Du moins, ceux qui lui restaient...

Rémi, quelques heures après les incidents, comment allez-vous ?
Ça va bien, je me suis remis. J'ai arbitré ce dimanche après-midi un match de Coupe de France (Calonne-Ricouart/Marles (2-0), NDLR), et je suis content parce que ça a tenu. (Rires.) Ça me tenait à cœur, je suis content d'avoir pu le faire. C'est l'essentiel, la vie continue.

"Moi, je me mets dos aux Lillois et j'aide un papa à bouger son gamin pendant qu'ils quittent la zone tout en repoussant des supporters lensois. D'un coup, boum, je reçois un coup très violent à la tête. Je vois le siège par terre, à côté de moi, et je m'écroule dans un "black-out"."

Racontez-nous ce qu'il s'est passé pendant Lens-Lille.
Samedi, je suis venu avec mon père et mon cousin, qui sont des supporters du LOSC, en tribunes Trannin au niveau zéro. Nos places étaient juste à côté du parcage lillois. Entre nous, il y a une zone tampon délimitée par des stewards. Sur l'avant-match et la première période, des insultes fusent, ça se provoque, ça se chahute, mais rien de transcendant. La mi-temps arrive. Je descends en bas de la tribune parce qu'en tant qu'arbitre, j'interviens régulièrement sur France Bleu Nord. Comme il y avait eu deux situations de main en première période, les journalistes voulaient avoir mon avis. Je suis en bas, j'attends l'appel et je vois que la zone tampon cède. Les stewards sont submergés, et les premiers Lillois commencent à escalader la grille qui nous séparait d'eux. S'ensuivent deux mouvements de foule : ceux qui veulent aussi en découdre et qui se précipitent vers les grilles, et les familles complètement paniquées qui fuient la zone de conflit avec des projectiles qui arrivent de partout. Au début, il y avait des drapeaux qui volaient, puis très vite d'autres choses. Moi, je me mets dos aux Lillois et j'aide un papa à bouger son gamin pendant qu'ils quittent la zone tout en repoussant des supporters lensois. D'un coup, boum, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com