Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quel est le salaire d'un navigateur ?
Le Particulier pour BoursoraMag29/04/2020 à 07:30
Temps de lecture: 2 min

Quel est le salaire d'un navigateur ? (Crédits photo : Shutterstock)

Quel est le salaire d'un navigateur ? (Crédits photo : Shutterstock)

Entre le sponsoring des grandes marques, les prix des différentes compétitions et la publicité, les salaires des navigateurs sont très variables. S'ils peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros, des coûts importants, comme l'entretien du bateau ou les levées de fonds nécessaires aux grandes courses, sont à prendre en compte.

Salaires : tous les navigateurs ne sont pas logés à la même enseigne

Avant de sauter le pas et d'embarquer en pleine mer, encore faut-il avoir une idée de ce que l'on peut gagner en tant que navigateur. Il existe trois catégories de sportifs et trois niveaux de grille de salaires. Tout va dépendre de la notoriété du sportif et de ses performances.

Dans la première catégorie on trouve les stars de la navigation tel Armel Le Cléac'h ayant le temps de se consacrer uniquement à leur sport. Dans la deuxième catégorie figurent des navigateurs obligés de compléter ce qu'ils remportent en compétition par des revenus autres comme des sorties en mer à destination des particuliers. La troisième catégorie concerne les amateurs assez avertis pour participer à des grandes courses comme le Vendée Globe ou la Route du Rhum, mais ne vivant quasiment pas de leur sport.

Navigation : les grandes courses à connaître

Les grandes courses, sont la source de rémunération la plus évidente pour les navigateurs, comme la transat Jacques Vabre, la Solitaire du Figaro, le Vendée Globe ou encore la Route du Rhum, permettent aux vainqueurs d'empocher des gains importants. Le montant des premiers prix varie selon la compétition et peut aller de 160 000 euros pour le Vendée Globe à seulement 20 000 euros pour la Route du rhum.

Et il faut ajouter les frais d'inscription parfois très élevés (plusieurs dizaines de milliers d'euros), le coup de fabrication du bateau et l'ensemble de l'équipement nécessaire pour partir en mer. Le prix d'un Ultim, par exemple, pour faire la Route du Rhum est estimé à 10 millions d'euros. A cela s'ajoute entre 3 et 4 millions d'euros par an les coûts de fonctionnement et plusieurs centaines de milliers d'euros pour le matériel (changer la voile...).

Les Immoca neuf se chiffrent à 5 millions d'euros avec, là encore, plusieurs millions d'euros de coûts de fonctionnement et quelques 400 000 euros pour y ajouter des appendices volants. Les navires les plus accessibles sont les Class40 à 600 000 euros.

Navigateurs : les sponsors

Les sportifs, pour financer leur aventure, doivent faire appel à des sponsors. De grandes marques comme Safran, PRB, Maître Coq aident les skippers à trouver les fonds nécessaires à leur expédition. Si les navigateurs remportent des compétitions, ils bénéficient de contrats d'image avec ces grandes marques, bien plus rémunérateurs que les courses (de l'ordre de 100 000 à plus de 200 000 euros).

Salaires des navigateurs pro :
de 4 000 euros à 8 000 euros par mois

Mise à part quelques stars comme Loïck Peyron ou Franck Cammas qui gagnent plus de 10 000 euros par mois, la plupart des skippers professionnels émargent entre 4 000 et 8 000 euros par mois. Une poignée de compétiteurs, dont le nombre avoisine la centaine. Pour les autres, mieux vaut avoir une activité à côté pour vivre pleinement sa passion.

Le budget technique de ce sport est important et la plupart des montants collectés finissent dans l'amélioration ou la construction d'un nouveau bateau. En monocoque, il est rare de gagner moins de 2 000 euros par mois, mais encore faut-il être au niveau. Un talent qui n'est pas donné à tous.

Les Risques en Bourse

Fermer