Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Que l'UE laisse notre foot en paix !
So Foot17/05/2021 à 06:00
Temps de lecture: 1 min

Que l'UE laisse notre foot en paix !

Que l'UE laisse notre foot en paix !

Comme certains le pressentaient, cette Superligue va finalement se décider devant les tribunaux européens. Personne n'ignore, depuis l'affaire Bosman, que ces derniers peuvent changer le visage du foot pro, au nom de la sacro-sainte doxa libérale de la libre concurrence qui sert de credo à la construction européenne. On a surtout, et sans fausse naïveté envers les instances continentales, envie de leur demander, sinon de respecter, mais au moins de laisser notre foot tranquille.

La bataille juridique qui va s'ouvrir devant nous, à la suite de la requête d'un juge espagnol du tribunal de commerce de Madrid, Manuel Ruiz de Lara (dont le nom pourrait du coup entrer dans l'histoire par la mauvaise porte), qui a déposé une " question préjudicielle " devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), peut sembler une banale guerre de légitimité entre puissants et puissances. D'un côté, l'UEFA et son article 49, qui lui octroie le monopole des compétitions continentales, et en face l'article 102 du Traité de fonctionnement de l'Union européenne, qui est censé interdire toute " position dominante " sur un marché d'une quelconque entreprise privée. Naturellement, il est tentant dès lors de rappeler l'arrêt dit Bosman de 1995, sur la libre circulation des joueurs, et donc une éventuelle décision qui pourrait de nouveau acter et officialiser une transformation majeure dans le champ sportif. Cette jurisprudence finirait forcément par rebondir au-delà du ballon rond.

Un arrêt Bosman bis ?


Toutefois plusieurs paramètres changent la donne en 2021. La CJUE va cette fois être contrainte de composer avec un rare consensus des États membres contre la Superligue, ainsi que des opinions plutôt mobilisées sur le sujet. Si l'UE décide de donner raison à Florentino Pérez et Andrea Agnelli, ce sera cette fois en pleine connaissance de cause du chamboulement que cela induit. Sans oublier en outre que le Royaume-Uni a brexité depuis. Il ne s'agit pas de choisir un camp. Déjà en 1998, lorsque les premières esquisses de la Superligue furent évoquées, Alain Buono, responsable du foot FSGT, cette gauche en crampons, refusait dans la revue fédérale Sport et Plein Air la naïveté de devenir, par opposition Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer