Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quand la high-tech s'aventure sur le terrain du luxe
Partenaire25/03/2015 à 14:30
Temps de lecture: 3 min

L'Apple Watch, le bracelet June de Netatmo, le smartphone Vertu et la montre Withings Activité ont pour point commun de s'approprier les codes du luxe. Les meilleurs produits sont utilisés pour leur confection et leur prix s'affiche à des niveaux supérieurs à ceux de la concurrence. Et pourtant, ça ne les empêche pas de cartonner.

L'Apple Watch, le bracelet June de Netatmo, le smartphone Vertu et la montre Withings Activité ont pour point commun de s'approprier les codes du luxe. Les meilleurs produits sont utilisés pour leur confection et leur prix s'affiche à des niveaux supérieurs à ceux de la concurrence. Et pourtant, ça ne les empêche pas de cartonner.

En ce début d'année 2015, l'actualité high-tech est trustée par la sortie imminente de la montre intelligente Apple Watch, qui sert de figure de proue à la multitude d'objets connectés qui débarquent sur le marché. Mais plus que ses caractéristiques techniques, c'est son design et ses matériaux qui sont mis en avant. Présentée comme un objet de luxe plus que comme un gadget technologique, elle se décline notamment dans des versions en or jaune et rose 18 carats dont les tarifs s'élèvent jusqu'à 18 000 euros.

Mais pour une fois, la marque à la pomme n'a rien inventé. Pour séduire une clientèle toujours plus exigeante, et se démarquer de la concurrence, de nombreux acteurs de la high-tech empruntent les codes propres au luxe et au monde de la mode. Cela permet de susciter la convoitise, de soigner leur image de marque, voire d'augmenter leurs marges. Et ça marche ! Au point que les montres connectées commencent par exemple à inquiéter certaines grandes maisons d'horlogerie suisses.

Des produits électroniques de plus en plus tendance

Lors de la première keynote de présentation de l'Apple Watch, en septembre 2014, la marque à la pomme a pris l'initiative d'inviter, en plus des journalistes high-tech, des plumes issues des magazines féminins ou dédiés à la mode. Étaient ainsi présents Emmanuelle Alt, rédactrice en chef de l'édition française de Vogue, Franca Sozzani, son homologue italienne, ou encore Olivier Zahm, le rédacteur en chef et fondateur du magazine de mode Purple. Pourtant, au même moment, la fashion week battait son plein à New-York, à l'autre bout des États-Unis. Ce coup médiatique a permis à Apple de se retrouver en bonne position dans les pages de ces magazines, et de jouir d'une exposition inédite pour une marque high-tech.

Mais au-delà de ça, la firme de Cupertino a su s'entourer de professionnels du milieu, en débauchant Patrick Pruniaux de Tag Heuer, Angela Ahrendts de Burberry, et le duo Paul Deneve-Catherine Monier de Saint-Laurent. Au final, la marque a présenté sa montre dans les magasins les plus tendance de la planète, comme le concept-store parisien colette. Contrairement à l'iPhone, considéré comme un objet grand public, l'Apple Watch fait aussi dans l'exclusivité et le très haut de gamme, a fortiori pour ses versions les plus luxueuses vendues plusieurs milliers d'euros.

Apple n'est pas la seule marque high-tech à jouer sur le terrain des produits d'exception. La start-up française Withings, par exemple, a sorti une montre connectée dotée d'un mécanisme fabriqué en Suisse, l'Activité, qui fait un tabac depuis sa sortie. Sa compatriote Netatmo, elle, a collaboré avec la créatrice de bijoux de prestige Camille Toupet, connue pour son travail pour Boucheron, Dinh Van ou encore Harry Winston, pour dessiner son bracelet June. Grâce à son médaillon qui ressemble à un diamant, elle est capable de mesurer l'exposition au soleil, pour éviter les brûlures et prévenir le vieillissement prématuré de la peau. On peut ajouter à cela le bracelet intelligent Mica, serti de pierres précieuses, et des marques de smartphone (très) haut de gamme telles que Vertu ou Gresso.

La planète luxe s'intéresse aussi aux objets connectés

Outre les fabricants de matériel, les professionnels de la customisation s'en donnent à coeur joie pour transformer les objets high-tech en produits grand luxe. On voit fleurir ça et là des consoles de jeu vidéo, des smartphones ou des casques audio plaqués or, et même des téléviseurs incrustés de cristaux Swarovski. Parmi tous les exemples de personnalisation grand luxe que l'on a repérés sur la toile, la plus ahurissante reste l'iPhone 5 Black Diamond, commandé au designer Stuart Hughes par un Chinois fortuné. Pour la somme de 12 millions d'euros, son téléphone s'est vu paré de 135 grammes d'or 24 carats, de 653 diamants blancs plus un de couleur noire fourni par son propriétaire pour orner le bouton "home", le tout après neuf semaines de travail. À côté, l'iPhone à un million de dollars vendu chez Alchemist London ferait presque pâle figure.

Les marques de luxe ne sont pas en reste, et n'hésitent pas à s'aventurer de leur côté dans le domaine de la high-tech. Entre le polo connecté de Ralph Lauren, la future montre connectée de Tag Heuer, qui vient d'annoncer une alliance avec Google et Intel, celle de Gucci conçue en collaboration avec le chanteur Will. i. am, ou encore les modèles traqueurs d'activité présentés par les marques horlogères Frédérique Constant et Alpina, ce ne sont pas les exemples qui manquent. La frontière entre les produits high-tech qui lorgnent sur le domaine du luxe, et les marques de luxe qui se diversifient dans les produits high-tech, devient donc de plus en plus floue. Reste à savoir qui sortira gagnant de cette bataille.

Les Risques en Bourse

Fermer