Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PSG-OM : âmes hypersensibles s'abstenir
So Foot13/01/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

PSG-OM : âmes hypersensibles s'abstenir

PSG-OM : âmes hypersensibles s'abstenir

Ce mercredi 13 janvier, journée nationale de l'hypersensibilité, le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille se retrouvent à Lens pour disputer le Trophée des champions (21h). Quatre mois, jour pour jour, après leur dernière joute en septembre, qui avait vu l'OM l'emporter pour la première fois depuis 10 ans au Parc des Princes, mais qui s'était surtout terminée sur une baston générale, cinq cartons rouges, un coup de boule de Kurzawa, du bon trash-talk et des accusations d'insultes racistes. Autant dire qu'il ne faudra pas grand-chose pour que la mèche se rallume.

Sans parler de rituel, cela commence doucement à ressembler à une marotte. Alors que l'Olympique de Marseille va retrouver le PSG ce mercredi, lors du Trophée des champions à Lens, André Villas-Boas a remis lundi en conférence de presse une pièce dans sa machine préférée à l'approche d'un match contre Paris : parler d'oseille. Évoquant les effets de la pandémie sur le football, il déclarait ainsi que "ça peut être une opportunité pour les clubs de se remettre en cause. Ils ont perdu le contrôle du marché des transferts. On fait des conneries avec des transferts à 300 millions". Venant du même Villas-Boas qui, en 2019 et en 2020, glissait déjà à l'approche de matchs contre Paris des phrases comme : "Il y a deux historiques dans l'histoire des Classiques, un avant que le Qatar achète le PSG et l'autre après", "Ils ont eu 10 ans de domination, mais ils ont dû mettre 1,5 milliard d'investissement qui leur donne tellement de joie quand ils jouent contre l'OM" ou encore "En dix ans, il y a un milliard d'euros de différence entre le PSG et l'OM", difficile de ne pas y voir une petite attaque visée au seul club qui a fait sauter le plafond des 200 millions d'euros sur le mercato.

Bien commencer 2021


Pas besoin de s'appeler Clément Viktorovitch pour cerner la pirouette rhétorique du Portugais : centrer son discours sur l'argent (une thématique qui capte toujours énormément d'attention, au détriment du reste) et se poser en David contre le Goliath parisien, c'est se défausser avant même le coup d'envoi de toute responsabilité en cas d'échec. Mais pas que. Car si on pourra opposer au Portugais tout un tas d'arguments à ce discours un peu trop facile pour un entraîneur dans le circuit depuis dix ans (des plus factuels, comme le fait que Paris a enchaîné des victoires contre Marseille bien avant le Qatar ; aux plus Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer