Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PSG, la victoire qui ne cache pas la forêt
So Foot25/11/2020 à 10:00
Temps de lecture: 2 min

PSG, la victoire qui ne cache pas la forêt

PSG, la victoire qui ne cache pas la forêt

Le Paris Saint-Germain a beau s'être imposé face au RB Leipzig en Ligue des champions au Parc des Princes (1-0), cela ne fait pas oublier la prestation indécente livrée par les hommes de Thomas Tuchel. Aussi bien dans le jeu que dans l'attitude.

Tout un banc debout qui demande à l'arbitre de siffler la fin du match, des joueurs qui gardent le ballon au niveau du poteau de corner et qui envoient une praline dès que le ballon est dans leur moitié de terrain. Puis la délivrance. Les onze acteurs sur la pelouse s'allongent alors sur le sol, avant de se relever puis d'être salués par l'adversaire qui les félicite d'avoir tenu jusqu'au bout leur victoire tout en étant dominés de manière outrageuse. S'il n'y avait pas eu la musique de la Ligue des champions en préambule de la rencontre, tout portait à croire que le Parc des Princes accueillait un match de Coupe de France ce mardi soir. Avec dans la peau du petit poucet le Paris Saint-Germain et le RB Leizpig dans celui du club pro qui se fait avoir malgré une domination aux points. Sauf que sur la papier, le petit poucet - s'il devait y en avoir un - est bien le club allemand et ses jeunes bambins. Et non pas le récent finaliste de la Ligue des champions, sa doublette Mbappé-Neymar à 300 millions d'euros et sa place assurée dans la Superligue européenne. Une compétition fermée entre "élites" dans laquelle le nom du RB Leipzig n'a jamais été mentionné. Et pourtant les hommes de Julian Nagelsmann ont donné une leçon de football aux Parisiens.

Marche ou crève


À vrai dire, la comparaison avec le petit poucet n'est pas tout à fait exacte. Car si le Paris Saint-Germain a joué comme un club de National 3 pourrait le faire face à une équipe de Ligue 1 - à savoir recroquevillé devant son but en espérant piquer en contre -, l'attitude, elle n'avait rien avoir. C'est bien connu, ce qui rend le petit poucet difficile à jouer est en grande partie son surplus d'énergie qui lui permet d'avaler les kilomètres et de se battre sur chaque ballon. Deux caractéristiques qui ne collent pas à la prestation des Parisiens. Du moins à celle des milieux de terrain et des attaquants. Alors que la défense du PSG a tenté tant bien que mal de faire le dos rond et de colmater les brèches laissées par les marcheurs du milieu, la ligne offensive, elle, regardait ce qu'il se passait derrière, économisant ses courses pour les contre-attaques.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer