Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pokémon Go : un phénomène mondial qui rapporte gros
Partenaire22/07/2016 à 07:30
Temps de lecture: 3 min

Les créations du couple Eames occupent une grande place dans les collections de Vitra, et la plupart sont considérées comme des produits cultes. C'est notamment le cas de leur Fauteuil Lounge, qui revisite le traditionnel fauteuil club anglais. Cette icône du design est réputée pour son confort absolu.

Les créations du couple Eames occupent une grande place dans les collections de Vitra, et la plupart sont considérées comme des produits cultes. C'est notamment le cas de leur Fauteuil Lounge, qui revisite le traditionnel fauteuil club anglais. Cette icône du design est réputée pour son confort absolu.

Apprêtez-vous à voir débarquer près de chez vous des hordes de joueurs, smartphone à la main, en pleine chasse aux monstres virtuels. Après sa sortie le 6 juillet dernier aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, l'application Pokémon Go va gagner la France. Attendu aujourd'hui dans l'Hexagone, le jeu phénomène basé sur l'utilisation de la géolocalisation et de la réalité augmentée, a déjà rendu des millions de joueurs accros dans le monde entier. En deux semaines, l'application développée par Niantic Labs a été téléchargée plus de 30 millions de fois, pour des revenus estimés à 35 millions de dollars selon le spécialiste SensorTower. À la bourse de Tokyo, Nintendo atteint des sommets. Depuis la sortie de Pokémon Go, son action a plus que doublé. Les chiffres s'affolent, les records tombent. . . et ce n'est que le début. Décryptage.

Nintendo ne touche qu'une part du pactole de Pokémon Go

Avant même sa sortie en France, Pokémon Go a envahi les sites d'actualité et les réseaux sociaux. Même si personne ne doutait de son potentiel, l'engouement autour de la dernière mouture du jeu vidéo mythique de Nintendo est impressionnant. En quelques jours, l'application a battu tous les records. Selon SensorTower, elle a atteint les dix millions de téléchargements en seulement sept jours, soit 48 heures de moins que Clash Royale qui détenait la palme jusque-là. Depuis sa sortie, elle a dépassé la barre des 30 millions de téléchargements et aurait généré 35 millions de dollars de revenus via les micro-paiements, soit approximativement 10 000 dollars par minute en moyenne. Mieux, Pokémon Go est aujourd'hui plus longtemps utilisée que des applications stars tels qu' Instagram, Snapchat ou Messenger, la messagerie de Facebook, et compte plus d'utilisateurs actifs sur Android que l'application de rencontre Tinder ou le réseau social Twitter.

Nintendo, largement dominé par Sony sur le segment des consoles de salon, a bien fait de se lancer dans les jeux mobile l'an dernier. L'entreprise a retrouvé le sourire grâce à Pokémon Go. À la bourse de Tokyo, la firme japonaise a vu sa capitalisation doubler depuis la sortie du jeu. Elle a même dépassé brièvement celle de Sony mardi, ce qui constitue une grande première pour l'entreprise. Pourtant, ce n'est pas Nintendo qui profite le plus du butin amassé grâce à Pokémon Go, car la firme n'est pas directement impliquée dans le projet. En effet, ce jeu a été développé par le studio Niantic Lab qui s'est appuyé sur l'univers et les personnages de The Pokemon Company. Or, Nintendo n'est qu'actionnaire de ces deux compagnies. Elle possède 30% de The Pokemon Company, qui détient la licence, et entre 5 et 10% de Niantic Labs qui a conçu l'application. En résumé, la firme de Kyoto touche moins d'argent grâce au succès du jeu qu'Apple ou Google, qui en tirent un tiers des revenus par le biais de leurs boutiques d'applications. C'est sûrement ce qui explique que le cours de l'action Nintendo a quelque peu dévissé mercredi, chutant de 13 %.

L'arrivée prochaine d'emplacements sponsorisés

Le jeu développé par Niantic Labs génère déjà des revenus confortables grâce aux micro-paiements. En effet, le téléchargement de Pokémon Go est gratuit, mais l'application regorge d'améliorations payantes. Néanmoins, Niantic Labs souhaite déjà passer à la vitesse supérieure. Son PDG, John Hanke, a annoncé dans une interview au Financial Times l'introduction prochaine d'emplacements sponsorisés. Une démarche qui devrait faire plaisir aux commerçants, qui pourront très bientôt accueillir des Pokémon dans leurs boutiques afin d'attirer les joueurs. Ce principe était déjà utilisé par Ingress, un autre titre phare développé par Niantic Labs qui faisait déjà appel à la réalité augmentée.

Du côté de la concurrence, on salive déjà devant le succès de l'application. Illustration avec le développeur de jeux vidéo français Ubisoft, dont le PDG Yves Guillemot s'est dit "très impressionné" par le succès de Pokémon Go. Il a annoncé que l'entreprise préparait actuellement un titre basé sur la réalité augmentée. Au-delà de cette initiative, de nombreuses marques surfent déjà sur la nouvelle star des applications. On compte par exemple un service de rencontre basé sur le jeu, baptisé PokéDates, ou encore une campagne WWF qui remplace les Pokémon par des animaux en voie de disparition avec le slogan "Sauvez-les tous". Croyez-nous, vous n'avez pas fini d'entendre parler de Pokémon Go !

Les Risques en Bourse

Fermer