Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Peut-on empêcher un joueur de représenter son pays ?
So Foot22/03/2021 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Peut-on empêcher un joueur de représenter son pays ?

Peut-on empêcher un joueur de représenter son pays ?

Arrive la trêve internationale, et avec elle son lot de galères. Surtout quand un international souhaite rejoindre sa sélection, mais que son club l'en empêche, la faute à des règles parfois ubuesques. Si représenter son pays demeure l'honneur suprême, tout le monde ne voit pas les choses de la même façon. Qui dit intérêts divergents, dit bras de fer, dans lequel le football de sélection n'apparaît pas comme le mieux armé.

Rien n'est jamais simple en période de trêve internationale. Et quand ce ne sont ni les longs trajets jusqu'en Amérique du Sud ni la fameuse "blessure FIFA" qui cristallisent les tensions, la Covid-19 prend le relais. Au point que nombre d'internationaux évoluant en France ont longtemps cru qu'ils devraient se contenter de regarder leurs compatriotes jouer à la télé en ce mois de mars. La raison : pour toute sortie de l'espace européen, sept jours d'isolement sont désormais offerts à votre retour dans l'Hexagone. Ce qui a poussé les clubs à dresser les barbelés en refusant de libérer leurs joueurs, comme les y autorise la circulaire 1749 de la FIFA. Hors de question de se passer de leurs forces vives pour la reprise du train-train quotidien début avril. Pas de rassemblement avec les Pays-Bas pour Memphis Depay, déplacement en Turquie oblige, ni de retour en Russie pour Aleksandr Golovin, par exemple, pendant que les Bleus frimaient avec la dérogation dégotée pour leurs matchs au Kazakhstan et en Bosnie-Herzégovine. Un traitement de faveur qui a suscité incompréhension et colère. On kiffe l'équipe de France, et on kiffe la voir gagner, mais on aime encore plus la justice et l'équité.

Memphis Depay demande à Emmanuel Macron de le laisser rejoindre sa sélection

Gardons enfants de la partie


Voilà l'idée exprimée vendredi en conférence de presse par Christophe Galtier. "Je trouve très bien que l'équipe de France puisse bénéficier de tous ses joueurs, [...] mais j'ai du mal à comprendre le gouvernement. [...] Je suis très énervé, je trouve que ce n'est pas juste. Tout le monde devrait avoir une dérogation. On est dans une situation très particulière, très difficile, une période importante pour les sélections. Vous imaginez les sélectionneurs qui ne peuvent pas avoir leurs joueurs ?" Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer