Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Pascal Gastien : "On n'a pas vraiment le temps de profiter d'une saison"
information fournie par So Foot25/05/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Pascal Gastien : "On n'a pas vraiment le temps de profiter d'une saison"

Pascal Gastien : "On n'a pas vraiment le temps de profiter d'une saison"

Après plus de dix années passées sur les bancs professionnels, Pascal Gastien vient de vivre, à 58 ans, sa première saison en Ligue 1 avec Clermont, qui a réussi à se sauver au bout d'un exercice d'apprentissage parfois prometteur dans le jeu et durant lequel les Auvergnats n'ont jamais renié leur projet. Entretien.

Comment va, quelques jours après la dernière journée, un entraîneur qui sort de sa première saison de Ligue 1 ?
Il y a un peu de fatigue, mais ça va. Lundi a été plus ou moins une dernière journée de travail avant une période de repos, même si je pense qu'il n'y aura pas beaucoup de répit. On a fait un point avec le responsable du recrutement, on a préparé d'autres petites choses en vue de la saison prochaine... Celle qui vient de se terminer n'a pas été la plus reposante, elle a même été assez difficile. Au bout, ça se finit quand même bien et c'est l'essentiel. On va dire que ça a été un bon apprentissage.

Si on revient à l'été 2021, de quoi étiez-vous le plus curieux en arrivant en Ligue 1 ?
J'avais l'envie de véritablement voir le niveau de la Ligue 1. Quand vous êtes coach et que vous êtes en poste, vous regardez souvent les matchs à la télé, c'est assez difficile de se déplacer, donc il y avait une vraie curiosité, de l'excitation, aucune peur. J'ai rapidement vu des différences et été marqué par la qualité des joueurs, notamment des attaquants. Il y a un vrai différentiel dans l'efficacité. On a fait un bon début de saison, qui nous a peut-être caché certaines choses, mais dès le match à Lyon, où on a fait 3-3, on a vu que ça n'allait pas être simple. Avant de commencer la saison, j'ai regardé certains matchs de Ligue 1, on a fait quelques matchs de préparation contre des équipes du championnat (Troyes, Montpellier, Saint-Étienne, Nantes), mais c'est incomparable à l'expérience d'un match live . C'était même assez difficile de concrètement évaluer le niveau, encore plus quand, comme nous, c'était un monde inconnu.

"Quand on est Clermont, il faut souvent attendre jusqu'au dernier moment car certains joueurs espèrent trouver un meilleur projet et ce même si notre cellule de recrutement travaille très bien."

Vous n'avez pourtant pas vraiment cherché, au contraire d'autres promus, à combler ce déficit d'expérience par le recrutement.
Ça n'a pas vraiment été volontaire. On a voulu faire confiance aux joueurs qui ont fait monter le club, mais on voulait aussi Lire la suite de l'article sur SoFoot.com