Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pape Ibnou Bâ : "Mamadou Niang m'a aidé sur beaucoup de choses"
So Foot03/04/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Pape Ibnou Bâ : "Mamadou Niang m'a aidé sur beaucoup de choses"

Pape Ibnou Bâ : "Mamadou Niang m'a aidé sur beaucoup de choses"

Sauvés au détriment du Mans à la différence de buts l'an dernier, les Chamois niortais ont repris un peu d'altitude cette saison. Privé d'Ibrahim Sissoko depuis de longs mois, le club des Deux-Sèvres peut heureusement s'appuyer sur l'explosion de Pape Ibnou Bâ. L'attaquant sénégalais a déjà planté quatorze fois en championnat, soit 44% des buts de son équipe. Rencontre avec un buteur qui évoluait encore en N3 la saison passée et qui, à 28 ans, compte bien ne pas laisser filer sa chance.

Comment as-tu débuté dans le foot ?
J'ai toujours aimé le foot, c'est ma passion. Quand j'allais à l'école, c'était pour jouer au foot. La seule chose pour laquelle j'aimais l'école, c'était retrouver les potes et jouer au foot ! Je jouais dans un club qui s'appelle l'Athletic, et j'ai été repéré par La Linguère, le grand club de ma ville, Saint-Louis. Au bout d'un an, j'ai commencé à jouer avec l'équipe première, et j'ai fini meilleur buteur du championnat en 2016. Après, je suis parti près de Dakar, au Stade de Mbour. J'ai joué là-bas pendant un an et demi, avant d'arriver en France en 2018. Je me suis bien amusé au Sénégal, c'est un bon championnat, costaud.

C'est vrai qu'on te surnommait "Petit" à l'époque ?
Ouais, depuis que je suis petit, les gens m'appellent comme ça. Au Sénégal, dans ma ville, les gens ne m'appellent pas par mon prénom, ils m'appellent "Petit". Ça ne me dérange pas, c'est comme si on était des gamins, chacun a son surnom. Et c'est resté.

Tu as joué brièvement au Liban en 2017, avec le club d'Al Ahed. Comment as-tu vécu cette expérience ?
Quand je suis parti au Liban, j'étais blessé, j'avais une douleur au niveau du mollet. J'ai dû faire une rééducation, puis j'ai joué quatre mois. On a remporté le titre de champion, on a aussi atteint la demi-finale de la Coupe du Liban, mais on a perdu aux tirs au but. C'est un beau pays. J'ai joué mes matchs, j'ai marqué mes buts. Ensuite, ils voulaient que je prolonge, mais j'ai dit non, je suis rentré au Sénégal.

Tu as aussi vécu quelques galères là-bas, puisque les dirigeants ont essayé de t'empêcher de partir.
Ouais... Des fois, quand tu signes, tu donnes tes papiers, et le club avait gardé les miens. Une semaine avant la fin du championnat, je devais acheter mon billet pour rentrer et là, ils m'ont dit d'attendre, d'attendre, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer